20 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Violences faites aux enfants: Le gouvernement ivoirien lance un plan d’aide

Les enfants victimes de violence ne seront plus seuls. C’est du moins la volonté du Ministère de la femme, de la famille et de l’enfant à travers le programme national de prise en charge des orphelins et autres enfants rendus vulnérables du fait du Vih /Sida (Pn-Oev). Lundi, à l’hôtel AzalaÏ d’Abidjan Marcory, le Pn-Oev a officiellement lancé le processus d’élaboration et de mise en œuvre du plan de réponse à l’enquête nationale sur les violences faites aux enfants en côte d’Ivoire (Vacs-ci).

Selon Dr. Amethier Solange, directrice-coordonnatrice du Pn-oev, les principales raisons de la mise en place de cette enquête étaient de déterminer l’ampleur des violences faites aux enfants sur le plan nationale, d’étudier les modèles épidémiologiques, ainsi que les facteurs de risques. Tout ce qui servira à des programmes de prévention et d’initiatives politique plus ciblés et mieux éclairées en vue de renforcer le système de protection de l’enfant en Côte d’Ivoire.

Cette enquête a eu pour cible 1200 filles et 1208 garçons âgés de 13 à 24 ans.

Les données préliminaires ont révélées qu’en côte d’ivoire, 57% de filles soit 684/1200 et 66% de garçons soit 797/1208 ont subi au moins une forme de violence pendant l’enfance. Il en ressort également que les rapports sexuels forcés sont le type de violences sexuelle le plus répandu en côte d’ivoire, surtout chez les filles avec 149/1200 soit 12 ,4% qui subissent ce type de violences.

Face à ces résultats alarmants, Prof. Hassane Tiam, directeur de cabinet et représentant la Prof. Bakayoko Ly Ramata, Ministre de la femme, de la famille et de l’enfant, a exprimé la volonté du ministère de définir des stratégies plus efficaces à travers un plan de réponse en vue d’éradiquer ce phénomène qui entrave le bon développement et l’épanouissement de la jeunesse ivoirienne. « Afin de conjuguer les actions de toutes les parties prenantes nationales et internationales en vue de donner une réponse appropriée à la situation de violence sur les enfants en Côte d’Ivoire, nous lancerons officiellement à la suite de cette cérémonie un atelier dénommé « DONNER POUR AGIR » a-t-il annoncé.

 

Marie Axelle Tano

(Stagiaire)