31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Transport terrestre / Mise en application du permis à points: Touré Adama demande le report de la décision  

Ecouter cet article

Le président de la Coordination nationale des gares routières de Côte d’Ivoire (CNGR-CI), Touré Adama, estime qu’il faut former et sensibiliser les conducteurs sur les nouvelles dispositions du permis à points avant sa mise en vigueur. Il a fait des propositions, dans la déclaration qu’il a produite, le samedi le 20 janvier 2023, dans la commune d’Adjamé, lors d’une assemblée extraordinaire. Il recommande que la mise en vigueur du permis à points prévue, le 1er mars  prochain, par le gouvernement soit différée.

Pour Adama Touré les campagnes de sensibilisation à venir doivent être organisées par tous les responsables d’organisation professionnelle, et non par une seule structure imposée par la tutelle.

Tout en faisant chorus à cette décision gouvernementale, qui vise à lutter contre l’incivisme routier et par ricochet contre les accidents de la circulation, Touré Adama, estime que la décision de mise en application du permis à points par le gouvernement est inattendue.  “Ce n’est pas normal pour un secteur aussi important que le nôtre.  Pour nous, le permis à points est établi avec des technicités répondant à des normes très précises. Les points doivent être des valeurs ajoutées au permis de telle sorte qu’une fois en infraction, il n’y ait pas de problèmes pour le prélèvement. Or, les permis actuels n’incluent pas ces données. Vous voyez alors que c’est le retrait pur et simple des permis”, a-t-il dénoncé. Et de poursuivre : “(…) En plus, des excès de vitesse imaginaires peuvent être imposés par les forces de l’ordre et de sécurité.

A’ ce stade de mon propos, j’affirme que la mise en application d’une telle mesure suppose que des dispositions pratiques ont été prises en amont, notamment des panneaux de signalisation sur toutes les routes du pays”, a-t-il annoncé. Ces panneaux, a-t-il dit, doivent indiquer les limites de vitesses à chaque niveau.  “Tout ceci nécessite la formation et le recyclage des chauffeurs assortis d’un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ainsi, quand tous les chauffeurs seront formés et recyclés, la mise en application de la mesure ne rencontrera plus de problèmes”, s’est-il réjoui. Le permis à points, au dire d’Adama Touré,  fait partie des mesures idoines de lutte contre l’incivisme routier et d’éradication des accidents sur les routes.

Gomon Edmond