31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Suivi des élections en Afrique : Des réflexions pour une mise en œuvre efficiente des recommandations

Ecouter cet article

Recueillir des informations sur les stratégies actuelles d’un plus grand nombre de groupes civiques de la région en matière de suivi des recommandations et de plaidoyer ; évaluer l’impact de ces stratégies de suivi et de plaidoyer sur le programme national des pays identifiés; discuter d’un cadre de collaboration et de dialogue renforcé entre les organisations de la société civile autour des initiatives actuelles et futures de suivi électoral au niveau national ; envisager une éventuelle synergie entre les organisations de la société civile et les communautés économiques régionales autour des suivi des recommandations. Ce sont les objectifs du forum régional sur les initiatives de la société civile en matière de suivi des recommandations électorales organisé par l’Institut électoral pour la démocratie durable en Afrique (EISA), en collaboration avec l’agence américaine d’aide et de coopération au développement (USAID) les 6 et 7 décembre à l’hôtel Movempik d’Abidjan Plateau.«Les problèmes récurrents liés à la mise en œuvre des recommandations électorales dans tous les pays ont incité les groupes d’observateurs internationaux et citoyens à réfléchir à l’importance du suivi des recommandations. Malgré le fait que la méthodologie de l’observation citoyen des élections ait évoluer au fil des années, il subsiste un vide en matière de suivi de la mise en œuvre des recommandations formulées par les observateurs. Et il n’est pas rare de voir les recommandations se répéter au fil des processus électoraux dans les mêmes pays», a indiqué Justin Doua Goré, directeur de programme d’appui aux transitions et processus électoraux de l’EISA. Il a souligné que l’enjeu du forum est de tirer les enseignements des initiatives de suivi menées par les organisations en vue de proposer un cadre de collaboration renforcé entre les acteurs.
Une trentaine de participants qui sont des leaders de la Société civile et des experts venus de plusieurs pays d’Afrique ont prix part aux travaux. « (…) La démocratie électorale en Afrique est confrontée à une série de problèmes, notamment la dégradation des services sociaux, le rétrécissement de l’espace politique et des droits de l’homme, la capture des Institutions nationales de promotion de la démocratie, la faiblesse des cadres juridiques, les 3è mandats présidentiels, les mauvaises pratiques électorales, la contestation des résultats issus des scrutins, la violence électorale, la résurgence des coups d’Etat militaires et le soutien des populations à ce phénomène comme l’a vu récemment dans plusieurs pays africains, etc. Si la tenue d’élections régulières peut être considérée comme un signe de progrès, leur qualité laisse à désirer et le niveau de consolidation démocratique reste faible. Parmi les raisons de la mauvaise qualité des élections figurent les lacunes en termes d’initiatives de suivi postélectoral et de plaidoyer pour les réformes. Si les recommandations ne sont pas prises en compte, les crises électorales risquent de persister et de s’aggraver » ont-ils relevé.

César Ebrokié