31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
A LA UNE

Situation sociopolitique:  Le PHDD-CI exprime ses satisfactions et ses inquiétudes 

Ecouter cet article

 

Le Parti des houphouétistes pour la Democratie et le Developpement en Côte d’Ivoire (PHDD-CI) s’est prononcé hier sur la situation sociopolitique, à travers une déclaration, dans laquelle, il a tiré les leçons des faits majeurs de l’année écoulée et jeté un regard critique sur l’avenir.

Diby Bertrand AKO, le président Fondateur du Parti s’est dit satisfait du Dialogue politique en soulignant qu’il a permis de décrisper le climat politique tendu.«Le 4 mars 2022, sous la présidence du Premier Ministre Patrick Achi, le rapport final sanctionnant les travaux de la cinquième phase du dialogue politique a été signé par plusieurs organisations politiques et de la société civile ivoirienne. Cet acte fort a laissé espérer une décrispation du climat politique et l’amorce de la réconciliation politique entre les filles et les fils de Côte d’Ivoire», a mentionné le président. Qui a rappelé également, le retour au bercail de Charles Blé Goudé, le président du COJEP, après son acquittement à la Cour pénale internationale (CPI). «Monsieur Charles Blé Goudé a pu, enfin, regagner son pays grâce à la bonne volonté du Président de la République».

Le PHHD-CI est cependant loin de se cantonner à ses acquis. Diby Bertrand AKO ne cache pas son amertume par rapport à un certains nombres de situation susceptibles, de selon lui, de saper les avancées. L’arrestation de Pulchérie Gbalé, une activiste de la société civile ivoirienne, les violences récentes enregistrées lors du meeting de Laurent Gbagbo à Adzopé, sont inquiétantes.«Cette situation est, pour le PHDD-CI extrêmement inquiétante quand l’on sait que l’année 2023 verra, au plan politique, la tenue des élections municipales et regionales d’ordinaire sources de violences.

La situation est d’autant plus préoccupante que la liste électorale reste marquée de suspicions de fraudes et que certaines recommandations de l’accord politique du 4 mars 2022 tardent à être appliquées pour préparer des élections sereines et sans violence», dira-t-il.

Au chapitre économiques, le président Ako n’a pas manqué de dénoncer la cherté de la vie qui se manifeste à travers les hausses des prix des denrées de première nécessité.

César Ebrokié