20 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Situation socio-politique en Côte d’Ivoire/César Moquet Flan : « Les principaux acteurs politiques n’ont pas tiré les leçons des crises passées»

César Moquet Flan, directeur du Centre de Recherche politique d’Abidjan (CRPA) a estimé que « Les principaux acteurs politiques ivoiriens  n’ont pas tiré les leçons des crises passés ».

C’était le samedi 28 décembre, au cours d’un petit-déjeuner de presse, au siège de l’organisation, sis à Cocody-Angré. « Il y a beaucoup d’invectives,  des diatribes et on sent la violence », a-t-il relevé. Dr César Moquet Flan a soutenu que l’atmosphère socio-politique est loin d’être rassurant pour les Ivoiriens.

Exposant les conclusions du Programme national sur le dialogue politique (PNDP), le directeur du Centre de recherche politique  d’Abidjan  a avancé que les populations ivoiriennes ressentent un fort désir de  paix, de vivre ensemble.

Un constat, selon lui, qui tranche avec les ressentiments des acteurs politiques. « Lorsque nous interrogeons les populations, elles nous disent qu’elles vivent en parfaite intelligence. Le problème pour elles  c’est les hommes politiques », a-t-il expliqué.

Le document de synthèse sanctionnant les actions du projet suggère la mise sur pied d’un processus inclusif par lequel les entités sociales et politiques, parviennent par des mécanismes tels que le dialogue et la médiation à un état d’acceptation mutuelle et d’apaisement.

« Aussi, pour garantir la réconciliation, faut-il renforcer le bien-être social des populations à travers la construction d’infrastructures communautaires, le renforcement de l’intégration économique, la promotion des droits de l’Homme et des libertés publiques », indique le document.

Le projet intitulé « la tolérance politique pour la réconciliation nationale » a démarré en octobre 2018  pour s’achever en novembre 2019. Il a duré douze mois et comprenait trois étapes.

La préparatoire a permis de parcourir dix localités. Le conférencier a indiqué que dans un cadre de causerie-débat, sans faux fuyant, les participants, les populations de l’intérieur du pays ont donné leur position ont donné leurs  positions sur le processus de réconciliation. « De façon générale, les problèmes les plus indexés ont portés sur le foncier rural, les prisonniers politiques, la réparation des dommages et l’indemnisation  des victimes » a fait savoir, César Moquet Flan.

Outre les causeries-débats, des communications sur les thématiques en rapports avec la démocratie ont été faites.

César Ebrokié