26 septembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Séminaire sur le Développement humain intégral: Plaidoyer pour l’Etat de droit, la justice sociale et la gestion saine de l’environnement

Au terme de deux jours de réflexions, les religieux, les organisations de la société civile et les responsables des structures étatiques participant au séminaire sur « le Développement intégral, chemin de paix, chemin d’avenir » ont plaidé pour un engagement de l’Etat en faveur de l’édification de l’Etat de droit ; la création des conditions pour la justice sociale et la gestion saine de l’environnement pour une Côte d’Ivoire « sûre ». Cet idéal, ont indiqué les séminaristes, ne peut se concrétiser que si chacun des acteurs de la société accepte de jouer son rôle. Ainsi, à l’endroit du gouvernement, l’on recommande-t-il, le renforcement du cadre juridique, « en faisant en sorte que l’Etat de droit soit porté à la connaissance des populations ». Mieux, les officiers de policier doivent être formés davantage sur la mise en œuvre effective des textes adoptés par les institutions.  De même les populations rurales et périurbaines, doivent être sensibilisées sur l’Etat de droit de sorte à ce qu’elles soient à même d’exercer un contrôle citoyen.

Les partis politiques sont invités à agir dans le sens de la sauvegarde de la paix.  « Le séminaire invite les partis politiques à favoriser une vie démocratique  substantielle, respectueuse, pacifique évitant la diffamation de l’adversaire ayant réellement le bien commun de tout le pays », indique le communiqué lu à la fin des travaux.  Les religieux eux, ont été exhortés à agir dans le sens du développement intégral. C’est-à-dire un développement qui va au-delà  des agrégats économiques simples et qui prend en compte la dimension humaine de la société. Entre autres valeurs prônées, le bien-être, le bonheur, la paix, le cadre de vie.

Les syndicats, les acteurs économiques et bien d’autres acteurs ne sont pas exempts. A l’instar des autres, ils ont été invités à jouer leur partition.

Le secrétaire général du ministère des Affaire étrangères, Daouda Diabaté, a indiqué que ce séminaire a mis en lumière la pertinence de la nécessité des efforts conjugués de l’ensemble des acteurs pour bâtir le développement. « Les résultats obtenus  confortent le gouvernement sur la justesse et la pertinence de la contribution des religieux et la société civile dans la mise en œuvre d’un développement harmonieux sources de paix et de stabilité. Le séminaire nous a permis de prendre conscience de la complexité du concept de développement intégral si cher au Pape François et au président de la République ».

Monseigneur Bruno Marie Duffe, secrétaire du Dicastère pour le service du développement humain intégral auprès du Vatican s’est réjoui de la parfaite entente entre les religions et les communautés en Côte d’Ivoire.

Le ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh, Cheick Boikary Fofana, le président du conseil supérieur des Imams (COSIM), Son Eminence Jean Pierre Cardinal Kutwa, Archevêque Métropolitain d’Abidjan et plusieurs autres personnalités des confessions religieuses ont rehaussé de leur présence la cérémonie.

Le vendredi 15 novembre une célébration eucharistique à la paroisse St Jacques des deux-Plateaux et une prière à la grande mosquée de la Riviera, sanctionnée par un message commun ont mis fin aux festivités.

             César Ebrokié