30 novembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SPORT

Remise du diplôme de ce ceinture noire 9ème dan Taekwondo: Grand Maître Siaka Coulibaly devient le 1er Africain titulaire de ce grade

Ecouter cet article

Grand Maître Minayaha Siaka Coulibaly a reçu, le mercredi 28 septembre 2022, à sa fondation (Fondation SIACADO) sise à Abidjan-Cocody-Faya, des mains des Grands Maîtres Tae Yun Kim et Lee Kwan Young (tous deux 9ème dan de Taekwondo venus expressément de Séoul, en Corée du Sud, pour le compte de l’Académie mondiale de Taekwondo Kukkiwon), son diplôme de ceinture noire 9ème dan de Taekwondo. En présence de parents, amis, connaissances, officiels (administratifs et politiques), condisciples, maîtres, élèves… Le président du Conseil du Conseil d’Administration du Conseil Café-Cacao devient ainsi le 1er Africain détenteur d’un tel grade.

Le témoignage émouvant du aujourd’hui Grand Maître de Taekwondo

Transi d’émotion, le récipiendaire a tenu à rendre un vibrant hommage aux personnes qui ont compté dans sa vie d’athlète. « En réalité, avec le Grand Maître Kim Yun Tae, pour qu’il puisse lui me transmettre ses connaissances, il aurait fallu que je sois en vie. Je vais vous faire une révélation aujourd’hui. C’est grâce à Dieu que je suis en vie aujourd’hui. En 2008, j’ai eu une pathologie qui avait pour effet une invalidation partielle. Pendant pratiquement deux ans, je venais à l’entraînement, je regardais mes élèves. Mais je ne pouvais pas soulever un pied et lancer un bras. Mais, avec la volonté de Dieu, j’ai pu non seulement recouvrer ma santé, mais c’est après ça que j’ai passé le grade de 8ème dan et passé le grade d’instructeur international du dernier degré et, aujourd’hui, le grade de 9ème dan. Donc le vrai propriétaire de ce grade, c’est Dieu. Après Dieu, vous serez peut-être surpris, quand vous êtes en vie te que vous avez eu une santé libérée, il faut qu’elle soit permanente pour que vous puissiez vous entraîner. Monsieur le ministre d’Etat (Ndlr: Kobenan Kouassi Adjoumani), Monsieur le ministre des Sports (Ndlr : Paulin Claude Danho), je voudrais vous prier de bien vouloir transmettre mon infinie reconnaissance, je ne dirai pas au chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, je dirai à Monsieur Alassane Ouattara. Parce qu’en réalité, c’est lui qui m’a permis de recouvrer la vie au moment où il n’était pas encore président de la République. Effectivement, c’était en 2008; il n’était pas encore président. Mais son humanisme était tel que quand il a appris que j’étais souffrant et que j’avais utilisé mes moyens pour ce qu’il fallait faire au niveau national, il a pris le relais. Je sais qu’il a oublié. Mais comme on le dit, faire du bien, c’est bon, mais reconnaître le bienfait, c’est encore mieux. Nul ne peut faire ce témoignage si ce n’es que moi. Et il fallait une occasion solennelle pour lui rendre hommage. Depuis 2008 jusqu’aujourd’hui, il a tellement rendu de services à des gens, je sais qu’il a oublié, mais moi, je ne peux pas oublier. Je vous prie de bien vouloir le remercier pour moi. Après Dieu, c’est donc grâce à lui que j’ai pu recouvrer ma santé et poursuivre mes entraînements jusqu’aujourd’hui. Qu’il soit remercié. Après maintenant le président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, il y a évidemment mon père spirituel qui est ici, le Grand Maître Kim Yun Tae. Comme il l’a dit, il m’a découvert depuis 1975. Et, avant de revenir sur lui pour le remercier, souffrez que je vous prenne un laps de temps pour observer une minute de silence à l’endroit de celui qui a réussi l’exploit de faire de moi- quelqu’un qui n’aimait pas les arts martiaux- un passionné des arts martiaux. Je voudrais qu’on se lève pour observer une minutes de silence à la mémoire de Maître Arsène Zirignon. Je vous remercie. Alors, Arsène Zirignon pour moi, c’était un peu comme un disciple de Dieu qui était Maître Kim. Et un de ses disciples est ici, celui qui m’a appris à marcher, qui m’a appris les premiers pas, qui était un des élèves à Arsène Zirignon. Je voudrais qu’on ovationne. Dieu merci lui, il est encore vivant pour représenter son maître, mon Maître Climalo Jérôme que je demande d’ovationner et de remercier. C’est lui qui m’a appris les premiers pas de Taekwondo au lycée quand j’étais ceinture blanche. Il était élève d’Arsène et c’est quand je suis venu à Abidjan que j’ai continué avec le Maître Arsène. Et c’est quand je suis devenu champion toutes catégories que le Grand Maître Kim a pris le relais jusqu’aujourd’hui. Je voudrais qu’on ovationne mon grand maître. Parce que, tout à l’heure, l’artiste Bomou Mamadou disait que si on voulait parler de mon palmarès, on allait rester longtemps. C’est pareil pour le Grand Maître Kim Yun Tae. C’est vrai, nous étions nombreux. C’est pour cela que, cette fois-ci, tout seul, je voudrais rendre hommage à tous ceux de ma génération qui ne sont plus de ce monde. Et remercier tous les anciens qui sont venus me soutenir. Les anciens avec lesquels j’ai commencé et si je veux les citer tous, nous allons rester longtemps. Et je sais que les ministres présents ont une contrainte. Donc, qu’ils soient tous remerciés. Je sais qu’ils me voient. Il y a les anciens qui sont plus anciens que moi, les tout premiers élèves du Grand Maître Kim. Nous, nous sommes de la deuxième génération, comme on le disait. Qu’ils soient tous remerciés ici. Ce sont eux qui nous ont encouragés. Ils ont été des pionniers. Et je voudrais aussi remercier les frères qui sont venus des autres disciplines pour nous soutenir. Alors, comme je le disais tantôt, aujourd’hui, ce n’est pas un jour de grands discours. C’est un moment de remerciements. Evidemment, tout à l’heure, Monsieur le ministre l’a dit, je ne suis pas seul et je ne suis pas seul à vivre cette situation. Je remercie toute ma famille, tous mes compatriotes. parce qu’en réalité, la passion du Taekwondo a fait que je n’étais pas disponible, à des moments donnés, pour ma famille. Ma famille rapprochée, mes épouses, ensuite tous ceux qui sont mes frères et soeurs. Mais j’ai essayé de concilier à ma manière. Soyez tous remerciés. Je voudrais terminer par la grande famille de tous les Taekwondo in. Parce qu’en réalité, si j’ai eu le courage de maintenir la forme, c’est un principe que j’ai retenu de mon maître Arsène Zirignon. Qui disait que quel que soit le mouvement que vous devez faire, faites en sorte que celui qui est devant soit convaincu que c’est bon. C’était un passionné et un passionné de la perfection. Donc, malgré l’âge, souvent,, pour mettre au défi mes élèves, je leur dis : »Parmi vous, il y en a qui sont mes fils, il y en a qui sont mes petits-fils. Arrangez-vous pour faire mieux que ce que moi, je fais. Celui qui ne fait pas mieux que moi, c’est qu’il ne vaut rien. Donc il faut qu’ils s’arrangent pour faire mieux ». Et Dieu merci, Dieu nous a fait grâce. On vous a montré ceux qui aujourd’hui sont 7ème dan. Ce sont les plus gradés. Et il y en a plusieurs qui ont les autres grades. Il y en a qui ont été plusieurs fois champions. C’est pour cela que je dis de rendre gloire à Dieu. Je ne suis qu’une petite marionnette à travers laquelle Dieu se manifeste. L’Homme n’est rien. L’Homme n’a rien. L’Homme ne peut rien. C’est Dieu qui se manifeste à travers ma personne. je vous remercie », a-t-il relevé.

Les mots des président et parrain de la cérémonie

Président de la cérémonie et ministre de tutelle, le ministre des Sports Paulin Claude Danho dira dans une litanie de joie : « Oui, heureux sommes-nous d’avoir donné un fils au monde qui est aujourd’hui 9ème dan de Taekwondo. Heureux sommes-nous d’avoir aussi en ce jour vivant, pour remettre cette distinction, avec nous Me Kim Yun Tae. Heureux êtes-vous fils du Hambol d’avoir donné Me Siaka Coulibaly à la Côte d’Ivoire. Me Siaka, heureux sois-tu. Heureux sois-tu de ton vivant d’être un témoignage de repère pour toutes les jeunes générations pour le mouvement sportif. Grâce à votre persévérance, le taekwondo est la seule et unique discipline qui a donné des médailles olympiques à la Côte d’Ivoire. Grâce à votre témoignage aujourd’hui, tous ceux qui veulent servir le taekwondo et qui se battent pour cela, ce qui est assez noble, ont un repère. Il faut de l’humilité, de l’engagement et surtout de la volonté de servir. Et de laisser des valeurs aux générations futures. Heureux es-tu, Maître 9ème dans de taekwondo. Je voudrais dire que la dernière personne qui peut proclamer sa joie et son bonheur, c’est bien votre modeste serviteur qui a l’opportunité d’avoir ce département ministériel et d’avoir une médaille olympique grâce au taekwondo. D’avoir un centre sportif construit par la Corée et qui est dédié au taekwondo, le Centre Alassane Ouattara, et aujourd’hui d’avoir le bonheur d’avoir le 1er Africain 9ème dan de Taekwondo. Vous voyez que notre bonheur est grand. C’est pourquoi nous allons transmettre à Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara le message que vous avez donné tout à l’heure, qui est un témoignage de vie. Je laisserai cette charge au ministre d’Etat, parce que, même chez nous, il y a des grades. Mais comme je suis le ministre des Sports, je suis obligé de dire. Donc je laisserai cette charge au ministre d’Etat, mais moi, je voudrais témoigner que vous avez été persévérant. Vous avez été tolérant et vous avez consacré l’oeuvre de votre vie à bâtir ce centre que vous mettez à la disposition des générations futures. Là où d’autres font des économies pour leurs parents, pour les enfants, vous, vous avez fait des économies toute votre vie en travaillant au ministère de l’Agriculture, toute votre vie en servant les hommes pour bâtir ce temple qui va être la marque pour l’éternité de votre amour pour le taekwondo. Bravo, Maître Siaka ! ».

Quant au ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement durable, Kobenan Kouassi Adjoumani, parrain de la cérémonie, il soutiendra qu’il n’est point surpris par l’obtention de ce grade par son ancien directeur de cabinet deux années durant. Il révélera qu’il a très tôt détecté en lui des vertus que sont l’esprit d’amour pour la paix avec pour corollaire notamment la discipline, la courtoisie, le respect d’autrui, la tolérance à l’extrême, l’esprit du sens élevé dans ses responsabilités avec en toile de fond l’abnégation, l’altruisme, le don de soi pour la cause d’autrui et, surtout, la rigueur dans la tâche.

Il est bon de savoir qu’au niveau du taekwondo, accéder au grade de 9ème dan confère le titre de Grand Maître. Grand Maître Minayaha Siaka Coulibaly a créé 20 clubs de taekwondo et formé plus de 2000 élèves dont 200 sont aujourd’hui ceinture noire de la 1ère à la 7ème dan. Aussi est-il important de noter que Me Tae Yun Kim est le pionnier du taekwondo en Côte d’Ivoire où il a vécu 27 ans à partir de 1968. Il a contribué à l’implantation et au développement de cette discipline en Côte d’Ivoire. Son compatriote Grand Maître Lee Kwan Young, lui, a été formateur des forces spéciales pendant la guerre du Vietnam et est le pionnier du hapkido en France.

Marcellin Boguy