16 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Protection des intérêts français, situation d’urgence par rapport aux élections de 2020… :  Le nouveau patron des Forces françaises parle

« Je ne suis propriétaire de rien et responsable tout ». Par ces propos, le colonel Frédéric Gauthier, nouveau commandant des Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) a expliqué comment, en tant que militaire, il est limité par rapport à certaines questions à « caractère politiques » dans les relations franco-ivoirienne. C’était au cours d’un déjeuner de presse, hier,  au 43ème BIMA, à Port-Bouët. Le patron des FFCI s’est expliqué sur les missions des forces françaises en Côte d’Ivoire.

Interrogé sur les rumeurs accusant les forces françaises d’avoir contribué à l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo en 2011, il a déclaré « ne rien savoir », en précisant qu’il n’était pas en Côte d’Ivoire au moment des faits. « Je peux vous dire que quand j’étais là (2003-2005), nous avons reçu à plusieurs reprises, Blé Goudé et chaque fois, ça s’est bien passé », a-t-il relevé sur un brin d’humour. La France envisage-t-elle, le renforcement de ses troupes par rapport aux élections de 2020 ? Le conférencier a laissé entendre que cela peut arriver, mais, tout dépend de l’évolution des choses. De même, il a soutenu que l’évacuation des ressortissants français en cas de situation d’urgence, est une décision, avant tout, politique. Qui relève bien de la volonté des autorités françaises.

Evoquant, la prochaine visite d’Emmanuel Macron, il a indiqué que c’est une affaire qui relève des politiques ivoiriens et français. Et donc, la sécurité est l’affaire des autorités ivoiriennes. Les forces françaises ne peuvent intervenir ou s’associer qu’à la demande des forces ivoiriennes.

Le colonel Gauthier a souligné que les Forces françaises sont en Côte d’Ivoire, à la demande des autorités françaises, conformément aux accords de coopérations. Entre autres missions, le renforcement des capacités des forces armées de Côte d’Ivoire, la réserve stratégique pour la défense des intérêts français dans la sous-région, entraînement au profit des forces françaises, actions ponctuelles au service des populations.

Sur la lutte contre le terrorisme en Côte d’Ivoire, le commandant a fait savoir ce n’est pas un volet des missions des FFCI. Cela relève a-t-il dit, de la compétence des forces ivoiriennes.

César Ebrokié

X