7 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
ÉCONOMIE

Proposition de loi sur la législation de la polygamie: Constance Yaï met en garde le député Sangaré Yacouba

Ecouter cet article

Constance Yaï, ancienne ministre de la Femme sous le président de la République, Robert Guei, n’est pas allée avec le dos de la cuillère pour mettre en garde le député Sangaré Yacouba de la circonscription électorale de Koumassi, qui a introduit une proposition de loi portant sur la législation de la polygamie pour adoption ou non à l’hémicycle.

C’était le lundi 11 juillet 2022, à Marcory, au cours d’un point de presse, qu’elle a animé, en compagnie des représentantes de la Ligue ivoirienne des droits des femmes et l’Association ivoirienne pour le droit des femmes.

Selon elle, à moins qu’il ne s’agisse de la plaisanterie de fort mauvais goût, ou d’un ballon d’essai, on est en droit de se demander si les propos entendus du parlementaire selon lesquels si cette loi est adoptée, l’homme peut se marier civilement à autant de femmes de son choix car désormais la polygamie serait ratifié par la loi.  » Nous tenons à rappeler que l’article 4 de la Constitution ivoirienne de 2016, mentionne que tous les Ivoiriens naissent et demeurent libres et égaux en droit. Nul ne peut être privilégié ou discriminé en raison de sa race, de son clan, de sa tribu ou de son sexe« .

Et dans l’article 28  » l’État s’engage à respecter la Constitution, les droits de l’homme et les libertés publiques. Notre patrie dans le souci de l’amélioration des droits des femmes avait déjà commencé à ratifier en 1995 la convention sur l’élimination des discriminations à l’égard des femmes », a prévenu Constance Yai. Et d’ajouter:  » Le député Sangaré Yacouba est en flagrant délit de violation de notre Constitution. Cette proposition est une provocation de trop ».

À l’en croire, beaucoup de textes internationaux ratifiés par la Côte d’Ivoire n’autorise aucun élu, aucune institution à faire rétro pédales en matière de droit positif. La loi doit être impersonnelle, et s’adresser aux hommes comme aux femmes sachant que contrairement à ce qu’on pouvait croire, la polygamie désigne un régime matrimonial où un individu qu’il soit homme ou femme qui est lié au même moment, à plusieurs conjoints ou conjointes.

La polygamie masculine n’était pas la seule forme d’union.  » En adoptant une loi portant sur la législation de la polygamie optionnelle pour les hommes en Côte d’Ivoire serait contradictoire à nos nombreux engagement pour la protection des droits des femmes ivoiriennes et de l’égalité de sexe », a-t-elle signifié. Avant de s’interroger :  » La Côte d’Ivoire est elle capable d’assumer la polygamie féminine dans un principe d’égalité de droits femmes- hommes ? »

 

Christian Tiony