26 septembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Prévention de la consommation de la drogue: La Cédéao renforce les connaissances de la société civile ivoirienne

La société civile ivoirienne engagée dans la lutte contre la drogue  est très déterminée. Mais, elle n’a pas “les compétences et les connaissances nécessaires pour élaborer et mener des interventions de prévention efficaces fondées sur des données probantes“.

C’est le diagnostic posé par une mission surveillance de la Cédéao en Côte d’Ivoire en avril 2018.  D’où, cet atelier de renforcement des capacités de 30 associations anti-drogue tous membres du conseil des organisations de lutte contre l’abus de drogues en Côte d’Ivoire (Conad-Ci) qui a débuté ce matin dans un hôtel à Cocody  7ème Tranche.

Et ce,  en présence l’Ambassadeur Babacar Carlos M’Baye, représentant résident de la Cédéao en Côte d’Ivoire et du Contrôleur général de police Kourouma Mamadou, secrétaire général du comité interministériel de lutte anti-drogue (Cilad), représentant le Ministre de l’Intérieur.

Selon l’Ambassadeur Babacar Carlos M’Baye, “le trafic de drogues, l’utilisation abusive de drogues et les crimes organisés qui en découlent sont un obstacle à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030“.

Il s’est dit heureux de voir que l’organisation de cet atelier rentre dans le cadre du “nouveau plan d’action anti-drogue de la Cédéao“ couvrant la période 2016-2020.

Aux membres du Conad-Ci, il a indiqué qu’il existe un groupe de personnes-ressources pour l’assistance technique en matière de contrôle et de prévention de la toxicomanie dans la région ainsi que de personnes ressources sur la réduction de la demande, l’application de la loi, le droit et la communication.

Le Contrôleur général de police Kourouma Mamadou, s’est dit très heureux de voir la tenue de cet atelier qui concerne la formation des acteurs (société civile) de la réduction de la demande de drogues.

C’est cette société civile qui « nous aide à lutter efficacement contre la drogue et élaborer les meilleures politiques de réduction de la demande de drogues“, a-t-il indiqué. Pour lui, c’est grâce à la société civile que “les lignes bougent“. L’atelier durera quatre jours (18 au 21 octobre).

Coulibaly Zié Oumar