30 novembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Politique  en Côte d’Ivoire : Guikahué reconnaît l’importance d’Affi N’Guessan

Bien qu’il ait été à l’initiative de la plateforme de l’opposition, le Pdci crie sur tous les toits qu’il ne reconnaître pas Pascal Affi N’Guessan  comme président du Front populaire ivoirien. Et pour se montrer conséquent, le vieux parti marche main dans la main avec les dissidents du FPI.

Hier, à la conférence de presse qu’il a co-animée avec Assoa Adou, au siège du PDCI, Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif du parti démocratique de Côte d’Ivoire a reconnu de manière implicite, l’importance de l’ancien Premier ministre sur la scène politique. En effet, répondant aux questions des journalistes sur la CEI, l’ancien ministre de la santé a soutenu que l’opposition a des problèmes à cause d’Affi N’Guessan. « Il a cautionné cela (NDLR : la CEI), c’est pour cela que nous souffrons », a-t-il affirmé. En d’autres termes, la position d’Affi et le Front populaire ivoirien est lourde de conséquence. Comment peut-il en être ainsi, si le président du conseil régional ne représente rien comme, se plaisent à dire ses détracteurs?

« C’est la preuve qu’Affi N’Guessan, le président du Fpi compte dans la vie politique ivoirienne », conclut un cadre du Fpi au téléphone en réaction à cette sortie du secrétaire exécutif du Pdci. « Puisque, a-t-il poursuivi, si on en croit Maurice kakou Guikahué, c’est bien parce que le président du Fpi a refusé de les suivre dans leur boycott obscur de la Cei qu’ils ont des difficultés pour se faire entendre. Alors, il n’aurait pas fallu écarter Affi N’Guessan comme l’a fait le Pdci dès le départ. Il aurait fallu le prendre en allié comme Affi était d’ailleurs disposé depuis le début à son initiative, de la constitution de la plate forme de l’opposition ».

Le numéro 2 du vieux parti a rué Pascal Affi N’Guessan et le FPI dans les brancards en mettant sérieusement en doute leur capacité à désigner des représentants dans chaque CEI locale. Pour lui,  la loi sur la composition de la CEI est inapplicable. Car, la société civile n’a pas de représentant dans les commissions locales. « Affi va se débrouiller un peu pour désigner des représentants dans certaines localités, mais je me demande s’il pourra le faire partout parce que ce n’est pas une mince affaire », a-t-il affirmé, sous les rires des militants.

                                                 César Ebrokié