1 octobre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
ÉCONOMIE

Non respect du plafonnement du prix du faux thon: Samba David annonce une marche le 20 août prochain

Ecouter cet article

Des acteurs du secteur du faux thon et Samba David, coordinateur national de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire (Cici), ont dénoncé « un cartel » et un blanchiment d’argent au Port autonome d’Abidjan (Paa). Ils l’ont fait au cours d’une conférence de presse, mercredi 10 août 2022, à Astoria palace, sis à Abidjan-Yopougon. Samba David invite tous les vendeurs de garba, les acteurs du secteur du faux thon et tous ceux qui veulent lutter contre la vie chère en Côte d’Ivoire, à une marche sur le Port autonome d’Abidjan, le samedi 20 août 2022, en vue de faire respecter le décret.  

Cette marche, a-t-il dit, sera une procession calme au Port autonome d’Abidjan.

Les conférenciers ont révélé que le cartel dont Ils parlent est dirigé en majorité par des ressortissants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao). Pour sa part, Samba David a insisté sur l’urgente nécessité de faire appliquer sur le terrain le décret n°2021-910 du 22 décembre 2021, portant plafonnement du prix du kilogramme du poisson faux thon ou poisson garba. Un décret signé par le président de la République, Alassane Ouattara.

Il a surtout invité les populations à s’approprier ce combat pour que le garba reste la nourriture de la masse, à la portée de tous, entre autres. “ Les importateurs ne vendent plus de poissons aux entreprises ivoiriennes. Nous sommes ici pour dénoncer les insuffisances pour que les choses avancent. Comme l’a dit le président de la République lors de son message à la nation, la cherté de la vie est une affaire de tous”, a martelé le coordinateur national de la Cici.

Samba David a rappelé que le faux thon doit être vendu à 400 Fcfa aux grossistes, à 600 Fcfa aux semi-grossistes, 650 Fcfa aux détaillants, 850 Fcfa aux consommateurs d’Abidjan et 900 Fcfa à ceux qui sont à plus de 300 km d’Abidjan. “Le prix du poisson est entre 1200 Fcfa et 1300 Fcfa sur le marché ici. Ce qui est en porte-à-faux avec le décret du président de la République”, s’est indigné Samba David.

Jules Tanoh, acteur du secteur du faux et membre de la société Inter Océan, a regretté le manque de solidarité dans le business du faux thon en Côte d’Ivoire. “Le faux thon, il n’y a pas un marché ailleurs si ce n’est pas en Côte d’Ivoire”, a-t-il dit.

Selon lui, des consignataires échangent directement des devises en liquide, souvent dans des sachets, avec des bateaux sans passer par les banques. Il a précisé que les montants échangés du Franc Cfa en dollars peuvent aller jusqu’à 500 millions de Fcfa sans passer par une banque. “C’est le comportement, la pratique qui fait dire qu’il y a un blanchiment d’argent. On envoie de l’argent liquide sur les bateaux. Ça, je le dis et je le confirme. Les bateaux transportent l’argent pour partir. Les gens donnent de l’argent liquide sur les bateaux “, révèle Jules Tanoh.

Tagro Müller, acteurs du secteur du faux thon, a fait savoir que ce sont les Ivoiriens qui veulent faire appliquer le décret portant plafonnement des prix du faux thon qui sont marginalisés au Port autonome d’Abidjan. “On ne doit pas faire flamber expressément les prix. Le décret a-t-il été pris pour éjecter les Ivoiriens de la filière ? Nous sommes là pour lancer un cri de cœur pour interpeller nos dirigeants. Si rien n’est fait, nous allons nous lever”, a-t-il menacé.

Christian Tiony