19 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SPORT

Michel Dussuyer (Coach du Bénin): « Notre équipe a une force mentale qui nous fait avancer »

L’équipe du Bénin a réalisé un vrai coup de tonner en écartant le vendredi dernier le Maroc, un des grands favoris de la Can Egypte 2019. Son sélectionneur, le Français Michel Dussuyer explique comment son équipe a réussi l’exploit.

  1. Michel Dussuyer, avez-vous conscience de ce que vous avez réalisé en battant le Maroc ?

Déjà avant le match, on part toujours avec l’objectif de gagner quel que soit l’adversaire qu’on doit croiser. On est conscient de nos limites et de nos possibilités, mais on sait aussi qu’avec un gros mental et une bonne organisation on peut rivaliser avec les grands de ce continent. Sur ce match-là on avait tout à gagner. Pas de pression négative, juste l’envie de faire un grand match et d’essayer de voir jusqu’où on pouvait repousser nos limites.

A quel moment avez-vous cru en la victoire finale ?

Bien sûr quand on a ouvert le score, ça nous a renforcés. En fait, j’ai toujours cru, même avec ce pénalty à la dernière seconde qui aurait pu tout gâcher. Mais c’est comme si, on a tellement tout donné, on a été tellement généreux et dû lutter contre tellement d’événements contraires, c’est comme s’il y a une part du mérite qui revenait.

Et ce but égalisateur venue sur une faute de votre propre défenseur, ça ne vous a pas abattu ?

Ah ! ça a fait mal sur le coup, mais on s’est vite relevé. Parce qu’on était encore en course. C’était une égalisation, donc on avait encore notre chance dans ce match. L’équipe s’est vite remise au travail. Elle ne s’est pas dispersée, elle ne s’est pas laissée abattre, elle a continué à jouer même après l’expulsion où on s’est retrouvé à dix contre onze, il fallait absolument tenir jusqu’à aller à l’épreuve des tirs au but.

Les autorités du Bénin vous ont-elles appelés ?

Le président de la république a appelé hier soir pour féliciter tout le monde. Je sais qu’il est très heureux et qu’au pays également il y a une liesse populaire. On est fiers de ce qu’on a pu réaliser et de la joie qu’on a pu procurer.

On vous a senti quelque peu agacé par l’arbitrage…

C’est le moins qu’on puisse dire. L’arbitre ne nous a pas aidé, il a sifflé énormément de coups francs contre nous. Il nous a pénalisés avec ce carton jaune qui est immérité parce que le joueur ne l’a pas insulté. Il ne s’est rien passé de particulier. Il y a eu beaucoup de décisions de sa part qu’on a trouvées injustes. Mais on a pu rester dans le match et ne pas se laisser distraire par l’arbitrage.

Comment voyez-vous le prochain match contre le Sénégal ?

C’est encore un gros morceau, évidemment ! De toutes les façons, il n’y a que de grosses équipes qui sont là. Nous y allons avec le cœur léger avec l’envie d’essayer de prolonger. On sait qu’on a encore un gros challenge devant nous. Il y a une grande énergie dans ce groupe, une grande force mentale et c’est ça qui nous fait avancer.

Est-ce que vous suivez le parcours de la Côte d’Ivoire que vous avez coachée il y a deux ans ?

Bien sûr, je suis toujours le parcours des équipes que j’ai entraînées. Je sais que cette Can est très ouverte. Il y a beaucoup d’équipes qui peuvent postuler à la victoire finale. Et la Côte d’Ivoire en fait partie.

Les Ivoiriens vous ont beaucoup soutenu à l’occasion de ce match. Que pouvez-vous leur dire?

Je les remercie pour le soutien. Je suis très heureux qu’ils aient été derrière nous et qu’ils pensent à nous. Maintenant j’espère que cette équipe de Côte d’Ivoire ira loin dans la compétition.

Avez-vous des regrets d’avoir quitté la Côte d’Ivoire ?

Non, je n’ai pas de regret. Cette décision, je l’ai prise en mon âme et conscience. J’ai assumé pleinement l’échec de la Can 2017. Je pensais qu’il était temps pour moi de laisser la place. Je regrette que l’équipe ne se soit pas qualifiée pour la coupe du monde parce que c’était un rêve que tout le monde avait et moi aussi en particulier, mais j’ai estimé qu’après cet échec au Gabon, il était de mon devoir de partir.

 

Interview réalisée par Augustin Kouyo

Envoyé spécial au Caire