19 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Manifestation anti-troisième mandat: des pneus enflammés et chasse à l’homme à Port-Bouët

C’est dans un climat de peur que se sont réveillés ce matin, les habitants de Port-Bouët. D’abord, aux environs de 6h, des jeunes gens ont enflammé des pneus usagés au niveau du terminus des autobus de la Sotra, à Anani.

Les flammes qui se propageaient sur la voie express Abidjan-Bassam ont contraint les automobilistes à rebrousser chemin ou à prendre la poudre d’escampette. C’était le branle-bas et les agents de police des unités de la Crs2, du Ccdo et du commissariat de Gonzagueville se sont rapidement déployés en ces lieux et ont dégagé la voie. Tout en pourchassant des manifestants.

Mais, au même moment, d’autres jeunes manifestants ont fait apparaître un foyer de tension au carrefour dit « Chien ». De nombreux pneus enflammés sur la chaussée donnant l’image d’un chaos. Là également, les forces de police ont été mises à rude épreuve en enlevant les barricades en feu jusqu’à 11h sur cette voie internationale. Puisqu’au carrefour de l’église catholique Saint Louis de Gonzague, des flammes ont été signalées.

Ainsi que le point chaud du carrefour dit « Casier » où un autre foyer de tension a été observé à la suite des mouvements de protestation de jeunes gens en utilisant la technique de guérilla urbaine qui a créé un embouteillage monstre et la peur-panique dans les rangs des rares qui ont leur courage à deux mains pour s’aventurer sur cette voie à risques. Le marché de Gonzagueville s’est même vidé de son monde pour éviter les effets collatéraux des manifestations. Les véhicules de police avec des agents en tenue de combat, boucliers en mains, ont tenté en vain d’interpeller des jeunes manifestants.

Cette situation de tension a contraint des automobilistes à regagner leurs domiciles tout en attendant la reprise timide des activités dans un environnement sécurisé aux environs de midi. Aucun autobus de la Sotra n’assurait la desserte jusqu’en fin de matinée pour ne pas voir des engins caillassés.

Pas de répit pour les forces de l’ordre

Selon des habitants joints sur place, des jeunes manifestants ont tenté d’obstruer la voie à Port-Bouët Centre en jetant des pneus usagés enflammés au carrefour dit « Lycée » et au virage du marché de nuit. Provoquant un vent de panique au sein de la population.

Les agents de police, sur le qui-vive, ont repris le contrôle des lieux peu après, en fin de matinée. Mettant en confiance les commerçantes qui ont vaqué à leurs occupations au marché central de la cité balnéaire, situé en face du commissariat de police de la commune.

Aux environs de 14h, les habitants ont commencé à sortir massivement des domiciles pour faire des courses et les autobus de la Sotra à reprendre leur trafic, au grand soulagement des nombreux usagers qui ont longuement attendu aux arrêts, toute la matinée, comme l’a constaté notre équipe de reportage. Comme l’a constaté notre équipe de reportage, les forces de l’ordre n’ont pas eu de répit  ce matin dans la cité balnéaire de Port-Bouët.

Ailleurs dans les communes d’Abidjan, selon des sources, un autobus de la Sotra a été endommagé, aux environs de 6h, par des manifestants, au quartier Koweit, à Yopougon et le chauffeur a eu la vie sauve grâce à la prompte intervention des forces de sécurité.

A la Riviéra, dans la commune de Cocody, il régnait un calme précaire et les véhicules en très peu nombre, circulaient sur les différents axes routiers de cette commune présidentielle.

Didier Kéi