31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
A LA UNE

Lutte contre les accidents de la route:Amadou Koné fait le grand déballage

Ecouter cet article

Invité de l’émission « Ça fait l’actualité » de RTI 1 la télévision nationale, le vendredi 20 janvier 2023, le ministre ivoirien des Transports, Amadou Koné, s’est dit peiné par les accidents de la route et ses nombres de décès avant d’expliquer les enjeux du plan d’urgence pour le renforcement de la sécurité routière. Il s’agit de l’instauration du permis à points, la mise en place d’un nouveau système d’immatriculation, le renforcement de la signalisation routière et la nomination d’un juge unique pour connaître les infractions routières.
Il est revenu sur les succès des mesures prises par le gouvernement pour réduire les accidents de la circulation sur les routes.

« Je suis personnellement affecté lorsqu’il y a des accidents et qu’il y a des décès » a-t-il déclaré.
L’invité de Fatim Djedje s’est livré à un oral sur les dernières mesures relatives au transport, prises par le gouvernement ivoirien au Conseil des ministres du 18 janvier. A savoir, la 𝐒𝐭𝐫𝐚𝐭é𝐠𝐢𝐞 𝐍𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐒é𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭é 𝐑𝐨𝐮𝐭𝐢è𝐫𝐞 (𝐒𝐍𝐒𝐑) 𝟐𝟎𝟐𝟏-𝟐𝟎𝟐𝟓 ; le 𝐑𝐞𝐧𝐟𝐨𝐫𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐬𝐢𝐠𝐧𝐚𝐥𝐢𝐬𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐫𝐨𝐮𝐭𝐢è𝐫𝐞 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐱𝐞𝐬 𝐫𝐨𝐮𝐭𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐚𝐜𝐜𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭𝐨𝐠è𝐧𝐞𝐬 et surtout le 𝐋𝐚𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐮 𝐩𝐞𝐫𝐦𝐢𝐬 à 𝐩𝐨𝐢𝐧𝐭𝐬 𝐞𝐧 𝐂ô𝐭𝐞 𝐝’𝐈𝐯𝐨𝐢𝐫𝐞. Mesures qui selon Amadou Koné, visent à susciter la responsabilité des automobilistes et lutter contre l’incivisme sur les routes.
Sur l’instauration du permis de conduire à points, le ministre des transports a rappelé que la mesure intervient après la consultation de l’ensemble des acteurs du secteur et le déploiement d’une infrastructure dédiée.
Amadou Koné, a soutenu que l’instauration du permis à points ne change rien sur le plan administratif pour les permis existants. Les permis de conduire étant enregistrés dans la base de données de l’opérateur du ministère des transports, ils seront automatiquement crédités de 12 points dès le 1er mars 2023. A partir donc de la base de données, on saura à qui appartient la plaque d’immatriculation et le permis de conduire associé à cette plaque.

Ainsi les infractions seront connues et notifiées par SMS.

Les automobilistes auteurs d’infractions pourraient perdre entre deux et six points en fonction de la gravité de l’infraction constatée uniquement par vidéo verbalisation mais également par les agents verbalisateurs munis d’un terminal dédié.

Amadou Koné s’est montré ferme, sur la question des accidents dû à l’état d’ivresse du conducteur. Pour lui, il est inacceptable qu’une personne prenne le volant avec 0.8 g d’alcool dans le sang. Aussi, il a annoncé le renforcement du dispositif de contrôle et de répression avec l’acquisition de plus d’Ethylotest.

Dans ce cas précis, la constatation et la verbalisation de l’infraction se fait par un officier de police ou de gendarmerie. S’en suit une procédure qui conduit au retrait de six points sur le permis de conduire du contrevenant.

Le ministre des Transports a précisé que les automobilistes vidéo verbalisés peuvent faire un recours lorsqu’ils n’étaient pas au volant du véhicule mis en cause. Pour cela, ils disposent d’une semaine à un mois.

Par ailleurs, les usagers ayant perdu des points peuvent les reconstituer à la suite d’un stage ou après deux années consécutives sans avoir commis d’infraction.

Les nouvelles mesures visent à réduire les accidents et la mortalité sur les routes ivoiriennes. Elles s’appliquent donc à tous les véhicules immatriculés dans le pays, y compris les voitures administratives.

Le ministre Amadou Koné s’est félicité de la nomination d’un juge unique qui aura pour rôle de juger toutes les infractions pénales liées aux accidents de la route. Il fera le recouvrement et arbitrera en cas de confrontation ou recours. Un arrêté ministériel sera publié dès la semaine prochaine pour connaître les types d’infractions et le nombre de points associés à retirer.

Le patron du transport est revenu sur les succès des réformes engagées par le gouvernement ivoirien afin d’avoir des routes plus sûres avec le renforcement de la sensibilisation et de la répression.

Sachant que 95 % des accidents sont d’origine humaine, la création du bureau enquêtes accidents (BEA) permet désormais de connaître les circonstances de la survenue des accidents, des acteurs impliqués et de prendre des sanctions.

L’intégration des gendarmes dans le processus de délivrance du permis de conduire a causé la réduction de la fraude dans la délivrance du titre avec à ce jour 14 personnes écrouées.

Le renforcement de la digitalisation des procédures de contrôle a permis de réduire de 10 % les accidents et de 64% le nombre de décès dans le grand Abidjan. Par ailleurs, le taux de recouvrement des amendes a grimpé de 1 à 30%.

Au total, c’est à un exercice de pédagogie que s’est prêté le ministre des Transports. Il a insisté au cours de son intervention sur la responsabilité des automobilistes. Il a aussi réaffirmé la détermination du gouvernement à traiter vigoureusement la question de la sécurité routière en Côte d’Ivoire.

César Ebrokié