19 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SANTÉ

Journée scientifique contre le tabac : 19% des jeunes en Côte d’Ivoire fument

En Côte d’Ivoire, 19% des jeunes élèves de 13 à 15 ans sont des fumeurs. C’est la révélation faite vendredi au Chu de Cocody par Pr. Soro Kountelé Gona, directeur de cabinet adjoint du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, à l’occasion de la journée scientifique sur le tabagisme organisée par la société ivoirienne de pneumophtisiologie et l’ONG « sauvons les poumons » dans le cadre de la célébration de la journée mondiale sans tabac qui a lieu chaque 31 mai. Selon Pr. Soro, cette statistique devrait « nous interpeller ». Dans la mesure où elle concerne d’après lui, « l’avenir de la Côte d’Ivoire ».

Représentant le ministre de la santé, Pr. Soro a mis en parallèle la montée du tabagisme en Côte d’Ivoire et « une recrudescence des maladies respiratoires en l’occurrence, l’asthme, les cancers pulmonaires, les bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ». Une réalité en Côte d’Ivoire que Pr. Boko Alexandre, président de l’Ong « Sauvons les poumons » a souligné dans son intervention. « Nos travaux montrent que le tabagisme est une réalité en Côte d’Ivoire. Et qu’il y a des secteurs d’activité qui sont beaucoup plus touchés.  Il ressort généralement que ceux qui sont peu éduqués et qui sont dans des conditions de vie modérée sont les plus touchés », a-t-il indiqué.

Selon lui, la prise en charge des pathologies provoquées par le tabagisme « est difficile à cause de la faiblesse du plateau technique, du coût des soins et du pronostic qui est presque décevant ». Car, « il s’agit de véritables pathologies invalidantes, incurables et mortelles ». C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, « devant ces difficultés de prise en charge, la prévention reste le moyen le plus efficace ». Ce qui explique la création de l’Ong « Sauvons les poumons » qui est « un cadre pour sensibiliser la population. Pour lutter contre le tabagisme ». Pour lui, le thème « Tabac et santé pulmonaire » retenu pour la journée mondiale de cette année, offre l’occasion de faire une revue de la littérature sur les pathologies respiratoire liées au tabagisme.

En effet, a insisté le président de l’Ong « Sauvons les poumons », « le tabac peut provoquer l’asthme et l’aggraver.  En dehors des pathologies pulmonaires, il peut entrainer les maladies extra pulmonaires non transmissibles. Le tabac peut avoir des complications aussi bien chez la mère que l’enfant. Tous ceux qui sont exposés peuvent avoir des complications liées au tabac ». « Le but, a-t-il poursuivi, que doit viser tous les acteurs de la lutter anti-tabac est d’avoir d’ici 2030, une génération d’adultes sans tabac ».

Ces réflexions scientifiques ont été l’occasion pour les scientifiques d’échanger sur l’impact du tabagisme sur l’appareil respiratoire ; le lien entre le tabagisme et les infections respiratoires basses ; le rôle du tabagisme dans la genèse de certaines pathologies non transmissible et également sur la stratégie de prise en charge des sujets dépendants.

Sur ce dernier point, un centre de sevrage est depuis ouvert au Chu de Cocody avec un taux de fréquentation de 15 malades/semaine. Pr. Brou-Godé Constance Virginie, pneumo-phtisiologie a révélé que ce centre reçoit des fumeurs malades pour des consultations gratuites.
Selon elle, le sevrage tabagique est une association d’approches et de techniques pour aider les fumeurs à arrêter de fumer en leur montrant les dangers du tabagisme. Le niveau de dépendance est évalué et une aide lui est proposée si le niveau de dépendance est très élevé. Lorsque la dépendance est forte, une aide lui ait proposé en comptant sur la volonté du fumeur d’arrêter. Le traitement médical consiste à lui donner des « substituts nicotinique ».

Coulibaly Zié Oumar