31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
A LA UNE

Journées de la marque ivoirienne innovante/ Souleymane Diarrassouba : « La marque est un outil stratégique de commercialisation des produits »

Ecouter cet article

 

«La vision de Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, président de la République, est de hisser la Côte d’Ivoire au rang des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, grâce aux changements des modes de production et de consommation…La réalisation de cette vision nécessite d’améliorer la compétitivité des entreprises, d’innover, à prix compétitifs pour acquérir des parts de marché dans cet environnement concurrentiel. C’est en cela que l’usage de la marque prend son importance dans la mesure où elle est un outil stratégique de commercialisation des produits et de conquête de marché. La marque permet de promouvoir les ventes des produits de l’entreprise par la fidélisation de la clientèle». Le ministre du commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba a souligné l’importance de la marque dans la politique commerciale et le développement économique, à l’ouverture des Journées des marques innovantes, le lundi 19 décembre, au Palais de la culture d’Abidjan-Treichville. Il a expliqué que la propriété intellectuelle offre la garantie nécessaire pour encourager les investissements dans l’innovation et tirer meilleurs profits des avantages qui en découlent. « De plus, en donnant la possibilité d’exploiter les innovations, soit par l’adaptation de celles qui existent aux besoins de notre économie, soit par une mise en valeur des titres tombés dans le domaine du public, le système de la propriété intellectuelle constitue le vecteur par excellence du transfert rapide de technologie et donc d’innovation», ajoutera, le ministre.

Souleymane Diarrassouba a égrené plusieurs actions menées par le gouvernement dans le sens de la  promotion et la protection de la propriété intellectuelle. Il s’agit, entre autres, de l’octroi d’une subvention étatique destinée à supporter le coût des frais d’enregistrement des brevets à l’OAPI (L’office africaine pour la propriété intellectuelle) jusqu’à 90%; l’adoption en 2013 de la loi relative à la lutte contre la contrefaçon et le piratage, et la protection des droits de propriété intellectuelle dans les opérations d’importation, d’exportation, et de commercialisation des biens et services ; la création en 2014 du Comité National de Lutte contre la Contrefaçon (CNLC); et la ratification de la quasi-totalité des traités internationaux de protection des droits de la propriété intellectuelle. En outre, il a cité la labellisation du café de Man; premier produit ivoirien dont le dossier d’enregistrement est déjà déposé à l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) ; la labellisation de l’attiéké des lagunes par le système des Indications Géographiques ; la protection de l’appellation « attiéké » par le système de la Marque Collective afin de mettre définitivement fin à son utilisation abusive par d’autres pays ; la labellisation du pagne baoulé par le système des Indications Géographiques.

Le ministre du commerce a soutenu que l’organisation de cette première édition des Journées de la Marque Ivoirienne Innovante vise à «sensibiliser nos chefs d’entreprises sur l’urgente nécessité d’avoir des marques fortes, suffisamment compétitives afin de pouvoir saisir toutes les opportunités qu’offre la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf)»

Marc Sery Koré, directeur Afrique de l’Office mondial de la propriété intellectuelle (OMPI) a estimé que l’économie mondiale glisse vers le capital immatériel. La preuve, les pays les plus riches ne sont pas ceux qui produisent plus de matières premières, mais plutôt le savoir. «Les entreprises ont deux fonctions essentielles : innover et commercialiser… C’est la marque qui fait fonctionner l’économie. Nous achetons et consommons l’identité », a-t-il affirmé. Et d’ajouter « la marque garantit une part du marché»

Le directeur de l’Office ivoirien de la propriété intellectuelle (OIPI), Paul Assandé Koffi a exhorté les hommes d’affaires à épouser les exigences de l’économie actuelle:«L’évolution de l’humanité, d’un point de vue socioéconomique, va avec la révolution technologique. Aujourd’hui, nous somme à la 4ème révolution, l’industrie 4.0. Or pour qu’elle nous soit fructueuse, ses fruits doivent être protégés et c’est le rôle de l’OIPI… Les défis de la transformation économique et structurelle de notre pays et les défis climatiques demandent une promotion accrue de la propriété intellectuelle et de ses bienfaits (…) Cette édition n’est que la première de nombreuses à suivre. Merci pour votre soutien, votre présence, aujourd’hui, et votre engagement pour les prochaines éditions » a-t-il déclaré.

Après l’ouverture, le ministre Diarrassouba et les personnalités présentés ont visité les stands des exposants. Entre autres produits, des broyeuses, du matériels cosmétiques, des habits made in Côte d’Ivoire.

Le thème des journées est : « la propriété intellectuelle au service du développement des marques »

                                                          César Ebrokié