21 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Jacques Kacou, vice-président du FPI : « La démocratie c’est la contradiction et la négociation »

 Le district du Front populaire ivoirien Abidjan-Sud, regroupant les fédérations de Treichville, Koumassi, Marcory et Port-Bouët, privilégie la culture politique de ses militants. Le vice-président du parti en charge de ce district, Jacques Kacou, y a institué la formation politique.

Le mois dernier, la séance inaugurale s’est déroulée à Koumassi. Le secrétaire général adjoint du FPI, Célestin Boizo Gnizako, a partagé son savoir à ses camarades.

Les fédérations de Marcory ont pris le relais, le dimanche dernier au foyer des jeunes. L’ancien député Williams Ateby a instruit son auditoire.

Dans ce mois d’août, le professeur Raphaël Kouassi Yao offrira ses enseignements dans la commune de Port-Bouët qui accueillera la troisième étape.

Selon l’initiateur, cette école tournante revêt un intérêt indispensable pour le parti. « Quand on est formé, il y a des débats qu’on ne mène plus. Beaucoup de militants ne sont pas tolérants, or la démocratie c’est la tolérance, la contradiction et la négociation », a fait remarquer Jacques Kacou. Le soulignant, il a ouvert une brèche sur le débat concernant la commission électorale indépendante (CEI).

Il a expliqué que le FPI a pris part aux discussions avec le gouvernement sur la réforme de cette institution parce que le parti n’adhère pas à la politique de la chaise vide.

« Le texte est passé à l’Assemblée nationale mais d’autres voies s’offrent à nous. Nous ne laisserons pas cette bataille de la CEI », a prévenu le vice-président du FPI. Il a, au passage, exhorté les militants à acheter le cartes du parti.

Jacques Kacou était entouré de la secrétaire nationale et conseillère municipale, Pulchérie Diop Bahi et du secrétaire général de la fédération FPI de Marcory, Jean Dorgelès Baya.

 

Benjamin Koré