10 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Groupe parlementaire PDCI: Le  coup de gueule du député de Yamoussoukro  à Guikahué

Un procès en règle contre la gestion du PDCI par Maurice Kakou Guikahué. C’est ce quoi s’est attelé, Patrice Kouamé Kouassi, alias KKP, député de Yamoussoukro dans une lettre ouverte publié le mardi 7 avril. Il a dénoncé des décisions unilatérales du professeur Kakou Guikahué lourdes de conséquence sur la vie du parti sur la scène politique. «Votre décision unilatérale de retirer le candidat du groupe parlementaire PDCI-RDA à l’élection du président de l’Assemblée Nationale a été incomprise par la majorité des Députés du groupe parlementaire jusqu’à ce jour. La non-participation du groupe parlementaire au bureau de l’Assemblée Nationale à votre seule initiative, en dépit de la position contraire du Président Bédié, alors même qu’il eut été plus judicieux d’y être ne serait-ce que pour avoir accès aux bonnes informations et y contredire voire se donner les moyens d’atténuer les effets pervers des décisions qui y sont prises » a-t-il soutenu. KKP a fait part de divergences ouvertes entre les députés du groupe parlementaires sur des débats de fonds. «Votre décision autocratique d’autoriser le prélèvement de 5% de nos indemnités sur nos primes de sessions extraordinaires, correspondant à 119.000 F/CFA, pour contribuer à la remise d’un chèque de 30.000.000 F/CFA au Ministre de la Santé au titre d’une contribution de l’Assemblée Nationale pour la lutte contre le COVID19 et ce, en dépit du refus de la majorité des Députés, mais surtout sans vous soucier de la destination finale de cet argent et des conditions de son utilisation ».

Le député de Yamoussoukro a révélé que l’attitude du président du groupe parlementaire PDCI fait suscite des défections des rangs des élus. Au point où dira-t-il, il ne peut plus s’accorder au regard des enjeux politiques qui se profilent à l’horizon. « Votre refus unilatéral de communiquer aux Députés de notre groupe parlementaire le rapport du comité de réflexion mis en place en mars 2019 pour faire des propositions pertinentes, après les nombreux départs des Députés du groupe parlementaire et la démotivation constatée en notre sein.Le départ de plusieurs Députés du groupe parlementaire arguant de votre mauvaise gouvernance ne semble pas vous préoccuper puisque rien n’est fait à ce jour pour les récupérer. D’ailleurs, êtes-vous capable de nous dire réellement le nombre de Députés que sommes-nous à ce jour dans le groupe parlementaire PDCI-RDA ? » avancera-t-il.

 

César Ebrokié