21 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
INTERNATIONAL

France / Présidentielle 2022 : Macron et Le Pen qualifiés pour le second tour

Ecouter cet article

Ce sera donc un nouveau duel Macron-Le Pen. Le président sortant Emmanuel Macron s’est largement qualifié pour le second tour de la présidentielle dimanche, avec un score de 27,6 % à 29,7 % des suffrages exprimés, devant la candidate RN Marine Le Pen, entre 23,5 % et 24,7 %, selon les premières estimations des instituts de sondage à 20 heures. Autre information majeure, ce premier tour de l’élection présidentielle est marqué par un important taux d’abstention, estimé à 25 %, soit un niveau plus important qu’en 2017 (22,23 %), mais sans atteindre le record de 2002 de 28,4 %. Le score du président sortant est plus élevé qu’annoncé ces derniers jours par les sondages, qui le donnaient talonné par la candidate d’extrême droite, après une campagne jugée trop courte et prudente.

Si le scénario d’un duel Macron-Le Pen était attendu depuis cinq ans, la campagne d’entre-deux-tours ouvre un éventail de questions sur les reports de voix dont bénéficieront l’un et l’autre le 24 avril. Parmi elles, quel sera le choix des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ? Quel bulletin glisseront dans deux semaines les sympathisants de droite ?

Droite, écologistes, communistes et socialistes appellent à voter Macron

Et le ressort émoussé du front républicain pour faire barrage à l’extrême droite fonctionnera-t-il chez les supporteurs de l’écologiste Yannick Jadot (autour de 5 %), du communiste Fabien Roussel (2-3 %) ou encore d’Anne Hidalgo ? Marine Le Pen devrait, elle, pouvoir compter sur les voix du polémiste d’extrême droite Éric Zemmour, qui a longtemps bousculé la campagne au point de rebattre les cartes de la bataille du second tour, avant d’échouer à 6-7 % dimanche. Il y a cinq ans, un quart de l’électorat n’avait pas voulu départager Emmanuel Macron et Marine Le Pen, et quatre millions de Français, soit près d’un inscrit sur dix, avaient préféré voter blanc ou nul.

La soirée électorale a apporté une partie de la réponse. S’il n’a pas appelé directement à voter Emmanuel Macron, le candidat Insoumis Jean-Luc Mélenchon a martelé devant ses partisans : « Il ne faut pas donner une seule voix à Marine Le Pen. » Même rejet du côté du candidat anticapitaliste Philippe Poutou, tandis que le communiste Fabien Roussel et l’écologiste Yannick Jadot appellent directement à voter pour Emmanuel Macron. À droite, Valérie Pécresse a déclaré qu’elle voterait « en conscience » pour Emmanuel Macron au second tour face à Marine Le Pen, dont « le projet » conduirait selon elle « le pays à la discorde, à l’impuissance et à la faillite ». Mais son soutien Éric Ciotti a affirmé qu’il ne voterait pas pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

Au contraire, le candidat d’extrême droite Éric Zemmour a appelé dimanche soir ses électeurs à voter pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle le 24 avril, malgré ses « désaccords » avec elle. Nicolas Dupont-Aignan, lui, appelle « les Français à tout faire pour faire barrage à Macron ».

Macron et Le Pen améliorent leur score de 2017

Pour Emmanuel Macron, qui avait promis lors de sa victoire en 2017 de « tout » faire pour que les électeurs de Marine Le Pen « n’aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes », le résultat de dimanche est en demi-teinte avec la présence de la candidate au second tour pour la deuxième fois consécutive. Après une succession de crises durant son mandat, il améliore cependant son score précédent (24,01 % en 2017), une performance que seul François Mitterrand avait réussi à accomplir sur le chemin de la réélection en 1988.