1 octobre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Frais annexes dans les écoles: L’Union des consommateurs interpellent les parents

Ecouter cet article
L’Union générale des consommateurs de Côte d’Ivoire (UGCCI), demande aux parents d’élèves de ne point payer de frais annexes dans les établissements publics et privés parce que le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation a pris une note dans ce sens. Le président de l’Union, N’Guessan Kouakou, a interpellé les parents d’élève, le 7 septembre 2022, lors de la conférence de presse qu’il a animée, au siège de son union, à Abidjan-Plateau, dans le cadre de la rentrée scolaire 2022-2023. 
La note du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, adressée aux chefs de circonscriptions et aux chefs d’établissements privés ayant pour objet l’inscription physique reçue par l’UGCCI, le 6 septembre dernier, stipule: « Je vous rappelle que selon le décret N°2020-997 du 30 décembre 2020 portant attribution, organisation et fonctionnement des COGES, les inscriptions dans les établissements primaires et secondaires se font sans frais annexes.

Par conséquent, en dehors de l’inscription en ligne, aucun frais, pour quel que prétexte que ce soit (T-shirt, livrets, carnets de correspondance, photos, cotisations exceptionnelles…) ne doit être exigé aux parents d’élèves. À cet effet, les chefs de structures qui auraient déjà encaissé des sommes quelconques sont tenus de les restituer immédiatement à ces parents. (…) ».

En clair, au dire de N’Guessan Kouakou, cette année il n’y aura pas de frais annexes à payer au niveau des établissements scolaires primaires et secondaires par les parents d’élèves. « Les seuls frais d’inscription que les parents d’élèves doivent payer sont les frais d’inscription en ligne », insiste le président de l’UGCCI. Pour N’Guessan Kouakou, cette décision est déjà un grand pas vers la gratuité de l’école en Côte d’Ivoire, néanmoins beaucoup reste encore à faire. A’ savoir les frais annexes payés par les parents d’élèves dans les établissements qui oscillent entre 35 000 et 100 000 FCFA pour les élèves affectés par l’Etat. Pourtant, à en croire le président de l’UGCCI, l’Etat paie 120 000 FCFA pour un élève affecté dans le écoles semi-privées et 140 000 FCFA dans le privé. N’Guessan Kouakou estime que ce sont des frais de trop. Il n’a pas manqué de dénoncer le nombre pléthorique des élèves dans les classes à savoir 70 environ. Et que les élèves quelquefois sont assis jusqu’à 3 voire 4 par banc.    
Le président de l’UGCCI estime que le Président de la République, Alassane Ouattara fait du social son cheval de bataille, et qu’il faut l’accompagner dans ce sens. « Merci au président de la Républiqueau Premier ministre, Patrick Achi et à la ministre de l’Education Nationale, Mariétou Koné, pour leurs oreilles attentives aux problèmes qui minent l’école ivoirienne« , a-t-il conclu.
Gomon Edmond