6 octobre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SPORT

Finale de la ligue des champions Caf : Le match de l’année !!!

Amateurisme, suspicion, cafouillage, jet d’éponge et trophée sans gloire… mais trophée tout de même ! L’Afrique a mal à sa ligue des champions Caf. Une montée de fièvre suivie de fortes convulsions et de nausées ont été observées dans la nuit du 31 mai, à Tunis, lors du match retour de la finale entre l’Espérance de Tunis et le Wydad de Casablanca. Match validé, 1 à 0, qui sonne la guérison pour Tunis et le deuil pour Casablanca…

Prévu pour durer 90mn au moins et 120 mn au plus, l’Afrique a étonné grandement le monde, avec sa finale jouée sur gazon en 58 mn, et dans la bouche, à parlementer, en 90mn. Du jamais vu à un si haut niveau de compétition. Et quel genre de finale…

Du footeux foutre nous a été servi. La faute à qui ? A la sorcellerie, coupons court. Car, quand dans une ambiance électrique, l’électronique ne fonctionne pas, cela est pure sorcellerie. Surtout lorsque la machine n’est même pas en marche depuis le début du match, sans que les concernés ne le sachent. Peu importe si c’est une main humaine obscure ou une main extraterrestre illuminée qui a agit. Mais, ce vendredi, c’est le Wydad qui avait le mauvais œil, la malchance opportuniste ou non opportuniste.

Au sens propre, l’homme en noir a eu un mauvais œil. Le but marocain annulé, les joueurs de Wydad ne l’ont pas vu de si bon œil, eux dont la tenue noire de l’arbitre a fini par les plonger dans une noire colère. Lançant un regard noir à la Caf, face à la magie noire pratiquée avec l’assistance vidéo à l’arbitrage, (le VAR), ils ont préféré passer le ballon à l’arbitre.

En écologie, on aurait parlé d’une marrée noire. Une grande catastrophe. Mais nous sommes en foot. Et le foot, c’est le fair-play. Seulement, si l’enjeu l’emporte sur le jeu, avec tout ce que cela comporte comme intérêts et gros sous, la sportivité prend un coup de massue sur la tête ; surtout lorsqu’on a le moral au fond des chaussettes, à la place des pieds, face à une morale qui voit rouge, sous la menace d’un carton rouge.

Après environ 150mn passer sur le terrain à jouer et à palabrer en jouant avec les nerfs des spectateurs et téléspectateurs, le coup de sifflet final retentit, dans un match déjà interrompu à la 58ème mn.

2 buts à 1 sur l’ensemble des deux matches de la finale, en faveur des tunisiens. Ils ont le trophée, mais ce match n’est pourtant pas encore terminé dans de nombreuses têtes frappées de migraine… Sacrée Afrique des fières footballeurs !

 

Herman Bléoué