17 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Etats généraux de l’assurance maladie: La fraude sur les prestations au centre des préoccupations

La fraude au niveau des bénéficiaires, des prestataires de soins et des compagnies d’assurance a été évoquée durant les deux premières communications, ce mardi 16 novembre 2021, à l’immeuble Crrae-Umoa, à Abidjan-Plateau, dans le cadre des états généraux de l’assurance maladie initiés par l’ Association des assureurs de Côte d’Ivoire (ASA-CI) et ses partenaires.

Mme Rosalie Logon, directrice générale de Atlantique Assurances-Côte d’Ivoire, qui a fait un exposé sur l’état des lieux de l’assurance santé en Côte d’Ivoire propose pour lutter contre la fraude sur les soins de santé de mettre en place des dispositifs de gestion de risques, la mise en place d’un fichier de suivi, la digitalisation des systèmes de gestion, et la sensibilisation ainsi que l’éducation des assurés.

Lors de la cérémonie officielle d’ouverture de ces états généraux, le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Adama Kamara, a lui exprimé sa préoccupation à savoir la Couverture maladie universelle (CMU) qu’il souhaite être étendue à tous les Ivoiriens parce qu’il n’y a que 3,2 millions de personnes qui sont enrôlées sur plus de 26 millions d’habitants en Côte d’Ivoire. Et qu’au moins 1,5 millions d’Ivoiriens n’ont pas accès à l’assurance maladie. Au dire d’Adama Kamara, la Cmu est d’autan plus importante qu’il faut être en bonne santé pour pouvoir vaquer à ses occupations professionnelles en vue de contribuer à la croissance de la Côte d’Ivoire. Pour atteindre l’objectif de 100% Cmu en Côte d’Ivoire, Adama Kamara demande à l’Asaci et la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) de mutualiser leurs efforts. L’assurance maladie, selon le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, doit être adaptée à la Cmu.

C’est en cela que la président de l’Asaci, Mamadou Koné, a indiqué que l’assurance maladie de type privé apparaît comme le principal moyen de financement utilisé par les ménages en Côte d’ivoire pour mutualiser leurs ressources et faire face aux dépenses de santé de plus en plus élevées. Cependant, plusieurs études, a-t-il indiqué, ont montré ces dernières années que les contrats d’assurance maladie sont déficitaires. Ces contrats se caractérisent en effet par un déficit structurel cumulé, a-t-il révélé, de l’ordre de 43 milliards FCFA sur les 11 dernières années. “De ce fait, l’assurance santé fait l’objet de nombreuses interrogations portant tant sur son équilibre à long terme que sur sa capacité à s’étendre à la grande majorité de la population”, s’indigne-t-il. Et de poursuivre: “Les facilités d’accès aux soins induites par l’assurance santé, si elles offrent un confort aux bénéficiaires des contrats d’assurance, elles se caractérisent par une inefficacité globale du système. La plupart des acteurs de l’écosystème affirment ne pas y trouver leur compte’’.

Les Assureurs de Côte d’Ivoire dans ces conditions, selon Mamadou Koné, se proposent, à travers ces états généraux, de mettre tous les acteurs du paysage de l’assurance santé autour de la table pour réfléchir à l’émergence de solutions concrètes au profit de tous. Le directeur de cabinet adjoint du ministère de l’Economie et des Finances, Vassogbo Bamba, représentant le ministre Adama Coulibaly,a révélé que les prestations sont passées de 32 milliards en 2016, à 52milliards FCFA en 2020. Cependant, il déplore le fait que la grande majorité des Ivoiriens n’ait pas accès à l’assurance avec un taux de pénétration de 5%. C’est en cela que la branche assurance santé, a-t-il recommandé, doit se réinventer. Non sans omettre la collaboration entre le privé et le public. Tout en ouvrant les assises, son ministre promet-il, reste attentif aux résolutions.

Dr Marie Chantal Assouan, conseiller technique a représenté son ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la CMU. Ces états généraux prennent fin, le 19 novembre prochain, à l’hôtel Pullman, au Plateau.

Gomon Edmond

 

X