31 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Discours à la nation de Guillaume Soro : « Ce mandat d’arrêt (…) est une trahison »

Guillaume Soro avait annoncé qu’il ferait un discours à la nation ivoirienne depuis Paris en France, à 20h le mardi 31 décembre, c’est-à-dire, à la même heure qu’Alassane Ouattara.

Il a en effet tenu parole. Retransmis sur les réseaux sociaux, l’ex-président de l’Assemblée Nationale a directement répondu au mandat d’arrêt qui a été lancé contre lui, le considérant comme « une trahison ».

Selon lui, « ce mandat d’arrêt lancé contre moi est politique, injuste et infondé. Je le considère comme une trahison ».

Point par point, il a tenté de battre en brève les accusations de « tentative de déstabilisation » de la Côte d’Ivoire lancé contre lui. « JAMAIS, je dis bien JAMAIS, il n’a été question pour le candidat déclaré que je suis, de tenter une quelconque déstabilisation du pouvoir actuel », s’est-il défendu.

D’ailleurs, « je tiens à réitérer ici mon attachement à la Paix et à la stabilité de mon pays », s’est-il engagé.

A l’en croire, Alassane Ouattara était bien au courant de ce qu’il qualifie de « conversation » et non « de propos interceptés au cours d’une écoute téléphonique ». On attend de voir la nuance. « J’ai évoqué, en son temps, la question avec le Président de la République (Alassane Ouattara, ndlr) », a-t-il affirmé.

Guillaume Soro s’est évertué à montré patte blanche dans une opération de séduction de l’opinion ivoirienne. « Vous me connaissez bien ; si j’ai assumé la rébellion de 2002, ce n’est pas maintenant que je me déroberais », a-t-il fait valoir. Bref, pour lui, tout cela, « relève des complots dignes des républiques bananières ».

Abordant la question de l’achat de sa résidence, l’ex-chef de la rébellion armée en Côte d’Ivoire (2002-2011) a affirmé dans son message qu’il est régulier. « En ce qui concerne l’achat d’une résidence, cette opération a été effectuée de façon régulière et date de 2008 », a-t-il soutenir.

Pour lui,  « cette opération d’acquisition a été faite à tempérament sur les fonds de souveraineté ». Laissant croire que les fonds de souveraineté mis à disposition de certaines autorités pouvaient être utilisés à des fins personnelles. En tout état de cause, « mes avocats là encore, défendront mes droits acquis », a-t-il promis.

Guillaume Soro est convaincu : « Toute cette cabale vise à m’écarter purement et simplement de la course à la présidentielle dont on sait que je suis le favori ».

Pour lui, « nous sommes en face d’un véritable « law fare », consistant pour les hommes politiques au pouvoir d’instrumentaliser la justice pour combattre des opposants politiques. On veut me faire la guerre avec la loi, en se servant des juges ».

Déterminé, l’ancien homme fort d’Alassane Ouattara a réaffirmé sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain. « Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. Je le réaffirme solennellement devant vous. N’en doutez pas ! », A-t-il insisté. Affirmant [à ses adversaires] que « ceux qui ont imaginé un seul instant que je négocierais ma candidature se sont trompés ».

Voulant discréditer Alassane Ouattara, Guillaume Soro l’a présenté comme quelqu’un qui ne respect pas sa parole. « Tout comme ces trois engagements pris avec moi en 2006 en présence d’un ancien Chef d’Etat et par la suite renouvelés devant un grand guide religieux ivoirien et qui n’ont pas été respectés », a-t-il révélé.

Coulibaly Zié Oumar