16 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
CULTURE

Deuil: René Babi inhumé samedi à Dakouritro

Ecouter cet article
Ecrivain, ex-directeur régional du tourisme à Man et Korhogo, René Babi, sera inhumé, le samedi 07 mai 2022, au cimetière de Dakouritro, dans la sous préfecture de Lakota, dans le centre-sud ivoirien. Décédé à l’âge de 75 ans, le 07 mars 2022, à Abidjan, René Babi était un homme cultivé, généreux et qui a défendu les causes perdues. 
Ce vendredi 06 mai 2022, la levée de corps du défunt est prévue sur le parvis de la paroisse Saint Pierre de Niangon suivie du transfert à Dakouritro. De 21 heures à l’aube, une veillée religieuse et traditionnelle est prévue. Le samedi 07 mai, après la messe de requiem, en l’église Saint Antoine de Padoue, l’inhumation est prévue au cimetière du village. Le dimanche 08 mai, une messe d’action de grâce aura lieu dans la même église que le défunt a contribué à réhabiliter.
René Babi a apporté sa touche à la confection de l’hymne nationale de la Côte d’Ivoire, « L’Abidjanaise » en compagnie de feu Monseigneur Pierre-Marie Coty (auteur des paroles) et l’abbé Pierre Michel Pango (auteur compositeur de la musique). A’ ce propos, René Baby a écrit une oeuvre intitulée « HOMMAGE aux véritables auteurs de l’Abidjanaise » des éditions Ballafons paru en 2015. Et l’oeuvre « Amédée Pierre, le dopé national, Grand maître de la parole » des éditions L’Harmattan paru en 2010.
René Babi a fait ses études au petit séminaire de Gagnoa et au Grand séminaire d’Anyama en classe de philo-universitaire. Il a été membre associé de l’institut d’etnosociologie de l’université d’Abidjan. En 1978, il obtient le prix de poésie de BCEAO à Dakar.
Il devient ensuite successivement délégué régional du Tourisme à Man et délégué régional du Tourisme et de l’Artisanat à Korhogo. Il est, en outre, auteur de plusieurs publications dans la presse nationale ivoirienne. C’est à juste titre qu’à son décès, au dire de son frère Clovis Babi, à Dakouritro, et même à Lakota, l’on a dit la bibliothèque s’est effondrée, la bibliothèque a brûlé. « C’est un homme de culture qui est parti », a-t-il dit. La défunt, selon lui, s’est imprégné de la culture de l’ouest montagneux et du pays sénoufo.
La soeur du défunt, Mme Claire Djédjé, née Baby, a elle révélé qu’il était généreux dans le partage du savoir. « Il a montré sa générosité jusqu’au dernier souffle », a-t-il mentionné. Et d’ajouter: « Le défunt était généreux souvent au détriment de ses enfants. Il a défendu les causes perdues ».
Gomon Edmond 
X