30 janvier 2023
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
A LA UNE

Décès suspect des étudiants :Carine Bladi (NICIN) appelle à un audit sur le milieu universitaire

Ecouter cet article

Carine Bladi, la présidente de Nouvel ivoirien, nouvelle Côte d’Ivoire (NICIN), une nouvelle formation de l’échiquier politique, a rendu visite, mardi, aux étudiants sur le campus de Cocody. En compagnie d’une délégation du parti, elle est venue apporter sa compassion aux étudiants, après les disparitions tragiques de Diabagaté Ibrahim retrouvé pendu dans l’une des salles de l’Université de Cocody et quelques jours plus tôt, l’étudiant Gnobrongi Gnaly Ange Jaurès retrouvé mort dans la piscine olympique de l’université Félix Houphouet Boigny.
La présidente du NICIN a demandé un audit sur les conditions sociales et sociétales du milieu universitaire aux fins de d’arrêter des solutions durables.«Nous sommes venus soutenir tous les Ivoiriens, j’allais dire la communauté universitaire suite au drame qui les affecte. Leur dire que l’avenir du pays reste toujours compter sur eux. Si cet avenir est en difficulté, ils peuvent compter sur nous. Nous appelons de tous nos vœux à des enquêtes poussées pour non seulement établir les circonstances de ces drames. Mais surtout, nous lançons un appel aux autorités compétentes pour un audit social et sociétal des environnements des étudiants. A savoir les campus et les résidences», a-t-elle requis. Et de poursuivre : «Il ne faut pas se limiter à l’embellissement de leur cadre de travail . Il faut chercher à comprendre si ce cadre embellit résout leurs besoins. Au NICIN, nous plaçons nos actions au cœur du bien être sociale des Ivoiriens»
Pour le secrétaire général adjoint 1 de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, Guero Landry, alias Nakat, ce genre de situation malheureuses sont prévisibles au regard dans l’environnement dans lequel vivent les étudiants. Entre autres difficultés, la surpopulation sur le campus, les questions de logements ( 6000 logés sur environ 60.000 étudiants), les questions de sécurité, les problèmes académiques et les problèmes de transport. «Ce sont des choses qui ne devraient pas nous surprendre à cause des conditions des vie des étudiants» a relevé le responsable de la FESCI. Toutefois, il a rappelé que les enquêtes sont en cours.
Selon les indiscrétions, l’étudiant retrouvé pendu squattait un couloir dans les bureaux administratifs.

César Ebrokié