4 décembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Décédé le 8 juillet dernier : Amadou Gon Coulibaly honoré

Grand croix dans l’ordre du mérite national. C’est la distinction faite hier, à titre posthume à feu Amadou Gon Coulibaly, à l’hommage national organisé au palais présidentiel, en présence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Cérémonie du reste rehaussée par la présence du président sénégalais Maky Sall, le Premier ministre Burkinabé et le ministre français des Affaires étrangères Jean Yves Le Drain.

Feu Amadou Gon Coulibaly a eu droit également aux honneurs de l’armée, à travers le cérémonial militaire.

Trois allocutions ont meublé la cérémonie. Elles ont été prononcées par Kandia Camara, ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel, Patrick Achi, secrétaire général de la présidence et  Dagri Diabaté, la Grande Chancelière. Tous ces intervenants ont insisté sur les qualités de l’homme. Le discours de Kandia Camara entrecoupé par les pleures a été un témoignage de son vécu avec celui qui quitte le monde des vivants. « Je suis obligée à mon défendant de parler d’Amadou Gon au passé….Le sort en a voulu autrement », a-t-elle martelé, la voix tremblotante. La ministre de l’éducation nationale a soutenu que feu Amadou Gon a été un frère, un compagnon de lutte et un confident. Elle a évoqué son parcours politique et professionnel, qui selon elle est loin de passer inaperçu. « C’était un responsable rigoureux qui faisait office de boussole », a affirmé l’oratrice.

Patrick Achi, lui a dit que le disparu a donné à la Côte d’Ivoire, le meilleur de lui-même. Poursuivant, il a évoqué quelques traits de caractères du « Lion ».  « Je souhaite me souvenir de l’intransigeante, de l’intelligeant dont il avait fait preuve. Je veux me souvenir de ton rire, ce rire si haut et sincère ». Le secrétaire général de la présidence de la République  s’est engagé à faire vivre l’idéal de feu Amadou Gon.  « A nous de faire vivre ton idéal. Part Amadou, Part Pm, part en paix pour toujours », dira-t-il.

Pour sa part, la Grande Chancelière, Henriette Dagri Diabaté, a saisi l’occasion pour lancer un appel à la paix à l’ensemble des Ivoiriens. « Je ne peux pas me résoudre de parler d’Amadou Gon au passé. Cet homme avait des qualités réelles. Travailleur infatigable. Un travail d’orfèvre toujours bien fait. Une attention constante aux Ivoiriens. Le courage la générosité. Il n’était plus seulement le collaborateur efficace, l’homme. La paix un bien commun à préserver. Souvenez vous qu’il est mort à la tâche ».

 

César Ebrokié