21 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Côte d’Ivoire/Présidentielle: un candidat indépendant se déclare

Une autre figure se dévoile pour la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire.

Il s’agit de Kévin Fiéni Koffi. Promoteur de spectacles, il se lance dans la course à la présidence de la République. La déclaration officielle de sa candidature s’est faite au cours d’une conférence de presse, dimanche, dans un espace évènementiel à la Cocody-Riviera Palmeraie.

Originaire de la région du Gontoungo (Bondoukou) comme il le précise dans sa présentation, celui qui lorgne le fauteuil présidentiel dit être porteur de sept chantiers avec lesquels, il ira solliciter les suffrages des Ivoiriens.

Déclinant ses propositions, il promet la gratuité des soins de santé, la gratuité du bus pour les élèves et étudiants et des bus à l’intérieur du pays. Il entend faire chuter le taux de chômage et propose la réduction du coût de la vie pour les Ivoiriens en imposant un mois de caution pour le loyer.

L’homme qui dit incarner un réel changement veut également bâtir une « économie de roc » pour le pays. Le Sénat se trouve aussi dans son viseur. S’il est élu, cette institution connaitra sa suppression parce qu’il la trouve inutile et budgétivore.

La création d’emplois, une nouvelle politique agricole, une justice exemplaire, la lutte contre la corruption, une banque pour la diaspora et l’entreprenariat et des prêts remboursables aux artistes constituent un pan de ses propositions.

Celui qui donne rendez-vous aux électeurs en octobre prochain a profité de ses échanges avec la presse pour appeler le Front populaire ivoirien à l’unité tout comme il souhaite voir le président Laurent Gbagbo regagner sa terre natale. Pour lui, cela contribuera à soulager les populations.
A l’endroit du chef de l’Etat, le candidat Kévin Fiéni Koffi a salué sa décision de renoncer à un autre mandat, mais il demande à Alassane Ouattara de redonner aux prisonniers politiques leurs libertés.

Concernant le président du PDCI, le candidat déclaré,  lui a demandé de pardonner le coup d’Etat qui l’a éloigné du pouvoir en décembre 1999.

Parlant des pratiques en cours en période électorale et même dans la politique ivoirienne, il a vivement dénoncé l’achat des consciences et la corruption qui font que les populations sont, selon lui, aliénées par les hommes politiques du fait de la pauvreté.

Benjamin Koré