10 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Côte d’Ivoire/Politique: Patrick Achi confirme la démission de Duncan

Patrick Achi, secrétaire général de la présidence de la république ivoirienne vient de confirmer dans un communiqué de presse rendu publicce matin, la démission de Daniel Kablan Duncan, Vice-président de la Côte d’Ivoire depuis janvier 2017.

Ce communiqué vient mettre fin à plusieurs jours de rumeurs depuis la publication du faire-part sur le décès du premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, où, le nom de Daniel Kablan Duncan n’y figure pas.

Selon le communiqué, c’est depuis le 27 février dernier que Daniel Kablan Duncan a, dans une correspondance, adressé sa démission au Chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara.

Duncan évoque selon Patrick Achi, « des raisons de convenance personnelle ».

Après plusieurs entretiens pour le dissuader, dont le dernier a eu lieu selon le communiqué de presse, le 7 juillet dernier, en vain, Alassane Ouattara a finalement signé un décret mettant fin aux fonctions de son vice-président.

Pas d’accord avec le choix d’Amadou Gon

Selon des sources au RDR ou au RHDP, le parti d’Alassane Ouattara, Daniel Kablan Duncan se voyait candidat du RHDP pour la présidentielle d’octobre prochain. Lui, qui quitté son parti politique d’origine le PDCI d’Henri Konan Bédié, le futur candidat de ce parti à la présidentielle d’octobre prochain.

Grande fût sa déception que le choix de Ouattara ait été porté sur feu Amadou Gon Coulibaly, premier Ministre décédé en fonction le mercredi 8 juillet dernier. Duncan n’était donc pas d’accord avec le choix porté sur le poulain d’Allasane Ouattara.

Alors, bien avant que Ouattara n’annonce qu’il ne sera pas candidat ( le jeudi 5 mars devant le congrès ivoirien à Yamoussoukro) et qu’il fasse désigner officiellement Amadou Gon Coulibaly, le jeudi 12 mars lors d’un conseil politique du RHDP à Abidjan, le désormais ex vice-président de la Côte d’Ivoire, a anticipé en déposant sa lettre de démission.

« Certainement qu’il voulait par ce geste amener Ouattara à revoir son choix. Rien n’y fit ».

En effet, pour le président ivoirien, il faut passer la main à une nouvelle génération. Or,  pour lui,  » Duncan est de sa génération et donc, il doit passer la main », explique une de nos sources au RDR.

Au RDR, il se murmure que Duncan était incapable de peser dans le débat politique. « Nous avons déployé d’énormes efforts pour le faire élire député à Grand-Bassam » raconte un connaisseur de l’appareil politique du RHDP. Pour ce dernier, Duncan ne prenait aucune initiative politique pour asseoir son leadership qu’il avait du mal à imposer.

Cette source affirme d’ailleurs que la victoire aux dernières municipales du RHDP à Grand-Bassam a été tirée par les cheveux, à cause du manque de leardership de Duncan.

Coïncidence des coïncidences, c’est le jour du décès d’Amadou Gon Coulibaly qu’Alassane Ouattara a signé le décret mettant fin aux fonctions de Daniel Kablan Duncan.

Coulibaly Zié Oumar