2 octobre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Côte d’Ivoire /Politique: Christine Konan mobilise pour le congrès des femmes du Fpi

Le 30 novembre prochain, c’est le Congrès de l’organisation des femmes du front populaire ivoirien (Offpi). Pour que cette rencontre soit un succès, Christine Konan, première vice-présidente du Front Populaire Ivoirien (Fpi) a appelé samedi au centre culturel d’Abobo, les femmes de cette commune à se mobiliser massivement pour le prochain congrès de l’Offpi. “Venez au palais de la culture le 30 novembre prochain, pour dire au pouvoir Ouattara que vous êtes fatiguées“, a-t-elle exhorté les femmes “volontaires“ venues l’écouter.

Avec à ses côtés, Diabaté Bêh, vice-président du Fpi chargé d’Abobo et d’Agnama, Christine Konan a invité les femmes à prendre leur destin en main. “Chacun de nous travail à son niveau pour que les choses aillent bien. Mais, quand rien ne va et que la paix est menacée, il faut se mettre ensemble pour que les choses changent“, a-t-elle indiqué. “Si vous restez chez vous à pleurer, personne ne vous verra. Par contre, si nous sommes mobilisées, les choses vont changer et nous pourrons dire que c’est Pascal Affi N’Guessan (Président du Fpi, ndlr) qu’il nous faut“, a-t-elle poursuivi dans une slave d’applaudissement.

“N’ayez pas peur“, a lancé avant, Diabaté Bêh. Selon lui, des gens reprochent à Affi N’Guessan, “de ne pas insulter. Mais, quand on fait la politique, on n’a pas besoin d’insulter. Pour Affi N’Guessan, que “tu sois Dioula, Baoulé, Bété, Agni, nous sommes tous les mêmes. Affi, c’est donc l’homme de la paix. C’est lui qui a signé l’accord de Marcoussis pour que nous ayons la paix pendant la crise. (…) Il n’y a rien dans la guerre que des regrets“. Terminant, il a comme sa première vice-présidente, exhorté les femmes d’Abobo à s’engager. Car, “nous voulons une équipe solide“. Abobo, a-t-il souhaité, “doit battre le record au congrès de l’Offpi“.

Mme N’Guessan Ousso Gladys, membre du bureau fédéral d’Abobo, a témoigné aux femmes présentes que “la vie d’une femme est un combat. Nous devons mener le bon combat pour mieux vivre“.

“Si nos enfants (Jfpi, ndlr) ont réussi leur congrès, nous ne devons pas échouer. Il nous faut rentrer dans toute les maisons pour mobiliser les femmes pour le congrès“, a sensibilisé Mme Opéli, la responsable de l’Offpi d’Abobo.

Les femmes venues se sont exprimées à travers des questions auxquelles Christine Konan a donné des réponses. Elles ont dit avoir reçu le message et promis de se mobiliser.

Coulibaly Zié Oumar