Notre Voie News Blog SANTÉ Côte d’Ivoire/Lutte contre les avortements clandestins: IPAS et le REMAPSEN signent une convention
SANTÉ

Côte d’Ivoire/Lutte contre les avortements clandestins: IPAS et le REMAPSEN signent une convention

Le Réseau des Médias Africains pour la Promotion de la Santé et de l’Environnement (REMAPSEN) a signé le mardi 1er décembre dernier, une convention avec l’Ong internationale IPAS, pour mener une campagne médiatique dénommé « Rompre le silence sur les décès liés aux avortements non sécurisés.

C’est au cours d’une cérémonie sobre organisée au siège de IPAS à Cocody 2 Plateaux les Vallons, que Dr. Dougrou Sosthène, directeur régional Afrique francophone et M. Bamba Youssouf, président du REMAPSEN ont scellé leur union pour faire progresser la lutte contre les décès liés aux avortements clandestins en Afrique de l’Ouest et du Centre francophone.

« Nous travaillons pour l’accomplissement au niveau de chaque femme, de ses droits en matière de santé sexuelle et reproductif. Pour que chaque femme puisse avoir la possibilité de faire des choix éclairés sur sa sexualité, sur sa santé génésique, sur le nombre d’enfant qu’elle veut avoir, si elle veut avoir ou pas », a affirmé Dr. Dougrou Sosthène après la signature de la convention. Selon lui, IPAS est une organisation qui est présente dans 11 pays en Afrique de l’Ouest et du Centre francophone. Devant les nombreux défis : forte mortalité maternelle, faible taux de prévalence contraceptif (moins de 30%), fort taux de besoin non satisfait, forte fertilité chez les jeunes filles, « il est important de passer à une étape supérieure en matière d’information, de sensibilisation des populations ». D’où le choix des médias pour informer sensibiliser, porter le message, aider à faire le plaidoyer auprès des décideurs politiques et dans la communauté.

C’est ce qui explique le choix du REMAPSEN qui a une audience régionale car, présente dans l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre francophone.  « Cette signature de convention avec le REMAPSEN nous permet d’aller au-delà de la Côte d’Ivoire », s’est réjoui le directeur Afrique francophone de IPAS.

De son côté, M. Bamba Youssouf s’est montré satisfait de la signature de cette convention qui est la première pour le REMAPSEN. « Nous sommes une structure d’accompagnement. IPAS est déjà organisé dans chaque pays. Nous allons accompagner la structure à pouvoir atteindre ses résultats. Ce ne sont pas nos résultats. Nos résultats sont inclus dans leurs résultats », a-t-il précisé.

« Si nous avons de bons résultats, nous aurons la chance de travailler sur d’autres projets avec IPAS et avec d’autres partenaires », espère le président du REMAPSEN.  C’est pourquoi, il s’est engagé  « à utiliser à bon escient les ressources qui vont être mis à notre disposition dans le sens de ce pourquoi, elles ont été données ».

Coulibaly Zié Oumar

Quitter la version mobile