19 mai 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

 Côte d’Ivoire / Election présidentielle de 2020: La réforme du conseil constitutionnel exigé

Une réforme du Conseil constitutionnel, l’organe en charge de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. C’est une nouvelle exigence de la société civile ivoirienne.

Elle a été exprimée par Lucien Tapé Mambo, le président de la plateforme de la société civile pour les élections apaisées en Côte d’Ivoire, hier, à la rencontre des organisations membres de la plateforme, à la salle de conférence de l’immeuble Caistab, au Plateau. « Pour des élections transparentes, il faut que l’ensemble des structures qui interviennent dans le processus soient impartiale », a-t-il indiqué.

Lucien Tapé Mambo a relevé que depuis le président Félix Houphouët Boigny jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de président sortant qui a remis le pouvoir à son successeur, comme ça a été au Ghana et dans certain pays africain. La succession en Côte d’Ivoire, a-t-il avancé, a toujours fait l’objet de crise.

Aussi a-t-il appelé à un surpassement de la classe politique,  pour que 2020 marque le début d’une nouvelle ère. Dans ce sens, le responsable des Ong a suggéré qu’Alassane Ouattara devienne le président de la transition. C’est-à-dire celui qui va permettre à la Côte d’Ivoire de basculer dans le cercle des Etats qui ont connu l’alternance.

Lucien Tapé Mambo a demandé un accord entre les acteurs politiques ivoiriens  « Le président doit convoquer tous les acteurs politiques pour qu’il y ait un  accord politique en 2020. C’est possible », a-t-il déclaré.

Il a déploré la situation politique délétère qui prévaut. Une situation, dira-t-il, qui rappelle celle de 2010. « Nous avons une paix relative. Les ingrédients de la crise sont en train de se réunir. Bédié ne parle plus avec Ouattara qui lui ne parle plus avec Soro. Il faut mettre fin à tout cela », a-t-il martelé.

                                                                      César Ebrokié