26 septembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SPORT

Côte d’ivoire / Après les obsèques de Gbizié Léon : Des secrets livrés sur Serges Aurier et son père

Marie-Irène Zagadou, c’est le nom de la mère du footballeur international Serges Aurier. Elle l’a eu avec l’ancienne gloire du football ivoirien Gbizié Léon. C’est à ce titre qu’elle a échangé avec la presse le 30 mai dernier, dans un restaurant sur l’axe routier Gagnoa-Abidjan.

La génitrice du joueur n’a pu assister aux obsèques de son défunt époux. «Je n’ai pas été dans le village de mon ancien mari Gbizié Léon pour assister à ses obsèques parce que je n’avais pas envie d’y aller. Beaucoup d’informations qui n’étaient pas forcement justes ont été relayées par la presse dès l’annonce de sa mort.

Et pourtant, il y a des sujets qu’on aurait pu traiter en s’asseyant autour d’une table simplement au lieu de se répandre dans les journaux. J’aurais pu utiliser les médias également pour répliquer face aux menaces des uns et des autres. Mais  finalement, je n’ai pas jugé utile de le faire», a répondu la dame originaire de Gagnoa. Mais qui réside en France depuis belle lurette.

Elle a par la suite répondu aux langues qui expliquent son absence aux funérailles de l’ancien footballeur par une peur d’affronter ses beaux-parents. « Je n’ai pas assisté aux funérailles du père de Serges Aurier non pas parce que j’avais peur d’affronter le regard de mes ex beaux-parents.

Mais parce que j’ai voulu éviter beaucoup de polémiques», a-t-elle insisté. Sans omettre de préciser qu’elle n’a jamais été  dans le village de Gorodi, dans la sous-préfecture de Guessabo, où Gbizié Léon repose à jamais depuis le samedi 25 mai dernier.

Comme sa génitrice, Serges Aurier n’a pas été témoin de l’inhumation de son père. Sa mère n’a pas manqué de verbes pour l’excuser. « Serges Aurier est venu jusqu’à Abidjan pour les obsèques de son papa. Il n’a pu aller au village à cause de son calendrier très chargé.

Il était très peiné de ne pas assister aux funérailles de son géniteur. Je n’ai pas déconseillé à mon fils d’aller aux obsèques de son papa. C’est plutôt pour des raisons sportives qu’il a brillé par son absence. Sachez qu’il vit du football. Il a obligation de se conformer aux ordres des dirigeants du club dont il défend les couleurs en Europe», a-t-elle plaidé.

Marie-Irène Zagadou a connu Gbizié dans la fleur de l’âge. « J’ai connu Gbizié Léon pendant que j’étais très jeune. Mon âge tournait autour de 16 et 17 ans. Notre relation a commencé au stade du village de Garahio en plein cœur de la ville de Gagnoa. A cette époque, j’aimais le football que j’ai d’ailleurs pratiqué à l’école», s’est-elle souvenue.

La mère de Serges Aurier n’a pas accepté de dire un mot sur sa séparation avec Gbizié Léon. « Souffrez que je ne fasse pas de commentaire par rapport à ma séparation avec Gbizié Léon. J’ai fait cinq enfants avec lui. Malheureusement, il y a un qui a rendu l’âme. Serges Aurier est le plus petit de ma progéniture composée désormais de deux garçons et de deux filles. A part Serges Aurier qui est en Europe avec moi, les autres sont à Abidjan», a-t-elle avancé.

Elle a confondu ses détracteurs qui lui reprochent de n’avoir pas été au chevet de l’ancienne gloire durant sa maladie. « J’étais régulièrement au téléphone avec Gbizié Léon quand il était malade parce que mes enfants l’aimaient beaucoup. Il avait un garçon qui veillait sur lui que j’appelais également pour avoir de ses nouvelles. Après moi, il a pris une femme avec qui il a eu une fille.

Avant d’en prendre une autre qu’il a épousé légalement. N’étant plus son épouse, je n’étais plus la personne qui devait être à son chevet durant sa maladie», a-t-elle mentionné.

 

A l’en croire, elle a pris une part active dans l’organisation des obsèques de l’ancien buteur du Sporting club de Gagnoa. « J’ai été au cœur de l’organisation des obsèques de mon défunt mari. La tombe a été faite à mes frais personnels. Le choix du cercueil a été à ma charge parce que les dépenses ont été confiées aux enfants. La tombe a couté 3 millions de F Cfa» a-t-elle conclu.

 

Doumbia Namory

Correspondant permanent dans la région du Goh