12 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
INTERNATIONAL

Coopération CI/UE: Le coup de gueule de l’ambassadeur de l’Union européenne

« On ne peut pas continuer sans rappeler à quel point on est aussi économiquement lié. Premier partenaire économique de la Côte d’Ivoire, premier investisseur privé et de loin premier bailleur… Pourquoi je dis cela ? Parce que régulièrement je vois dans la presse des contre-vérités.

Je vois d’autres qui réclament d’être les premiers  mais je n’ai jamais vu de chiffres ». L’ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, Jobst Von Kirchmann a souligné la place de choix qu’occupe  l’Union européenne dans les relations entre la Côte d’Ivoire et ses partenaires. C’était le vendredi 7 juin à la reprise du dialogue politique entre les deux partenaires au ministère des Affaires étrangères.

Le diplomate européen a prôné une nouvelle ère de coopération pour le bonheur des peuples ivoiriens et européens. « Moi je voudrais donner un nom à cette nouvelle ère. C’est la normalité. Parce que je trouve qu’entre la Côte d’Ivoire et la l’Union européenne, c’est normal qu’on est ce type de relations », a-t-il affirmé.

Jobst Von Kirchmann a relevé les opportunités qui font de la Côte d’Ivoire une terre d’espérance. « On voit l’Afrique et la Côte d’Ivoire comme une terre d’opportunités non  plus comme une terre ou un pays qui rime avec des défis à relever. On a tourné la page vers autre chose. Une étude récente a montré que la Côte d’Ivoire est de loin le pays avec le plus grand potentiel d’investissement en Afrique, loin devant le Rwanda le Kenya l’Ethiopie et l’Afrique du sud ». a-t-il indiqué

Au sortir des discussions, Marcel A mon Tanoh a affirmé que la Côte d’Ivoire s’est engagée à se conformer aux exigences de l’arrêt de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples relativement à la composition de la Commission électorale indépendante.

Par ailleurs, il a prôné de nouvelles relations qui prennent en compte des nouveaux enjeux de développement. « Le gouvernement mettra intégralement en œuvre les réformes prescrit par l’arrêt de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples » a avancé le ministre des Affaires étrangères.

                                                   César Ebrokié

                             ebrokiecesar@gmail.com