7 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Constructions illégales à Port-Bouët: Le ministère effectue des démolitions à Djibo Kamon.

Ecouter cet article

Permettre aux personnes détentrices d’Arrêté de concession définitive (ACD) de prendre possession de leurs parcelles, et jouir pleinement de leurs biens.

C’est l’objectif de la reconstitution des limites des voies structurantes du lotissement du site de Djibo Kamon dans la commune de Port-Bouët après le carrefour Anani sur la gauche. Ainsi que la démolition de toutes les constructions anarchiques sur les emprises des voies de Djibo Kamon.

Cette opération d’envergure dirigée par l’Antenne de la Brigade d’Investigations et de Contrôle urbain du ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme (MCLU) de Port-Bouët et de la Direction de la Topographie et de la Cartographie du même ministère a démarré, le mardi 21 juin 2022, sous une pluie battante.

C’est avec une grande colère et stupéfaction que des opérateurs économiques ont assisté impuissant à la démolition des murs de leurs lots. ”Nous lançons un appel à tous ceux qui font des lotissements à l’intérieur d’un plan approuvé. Qu’ils sachent que force reste toujours à la loi. Ce qu’il faut retenir et qui est essentiel, c’est que toute construction obéit à une législation. Avant de construire, il faut d’abord avoir un permis de construire. Toute construction sans ce permis tombe sous le coup de la loi.
Les bâtiments et clôtures qui ont été démolis, c’est dû au fait que ces personnes ont érigé ces ouvrages sans autorisation”, a déclaré N’Goran Yao, chef de la Brigade d’investigation et de contrôle urbain du MCLU. L’opération, a-t-il insisté, va se poursuivre jusqu’à rétablissement des droits des détenteurs des titres de propriété. Et qu’une mission similaire va s’étendre à Songon, à Bingerville et Grand-Bassam.

Le lotissement Djibo Kamon fait l’objet de contentieux depuis une vingtaine d’année sur la paternité entre les personnes détentrices de titre de propriété et les squatters. A’ ce propos, il y a eu 113 plaintes à l’Antenne de la Brigade d’Investigations et de Contrôle urbain du MCLU de Port-Bouët. De juillet 2021 à ce jour, les investigations de la Brigade ont permis de faire le constat de plusieurs infractions, dont la mise en valeur des lots issus des multiples morcellements dans le lotissement approuvé et dont les constructions anarchiques sont réalisées sur des voies et empiètent sur des lots du plan approuvé. En outre, selon le rapport d’investigation, il ressort que l’insécurité sur ce site est devenue endémique au point d’empêcher les détenteurs d’ACD d’avoir accès à leurs propriétés.

 Il est bon de savoir que seul le MCLU est habilité à approuver les lotissements. Le site litigieux a une superficie de 546 hectares.

Gomon Edmond