12 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

Blé Goudé jugé devant le Tribunal criminel ce mercredi, à Abidjan : Voici ce qui va se passer

Les maîtres N’Dri Claver, Blédé Dohora et leurs autres collègues membre du Conseil de l’ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé ne seront pas au tribunal ce mercredi 18 décembre matin où est prévu l’audience de leur client. Ils l’ont annoncé, hier, à la conférence de presse qu’ils ont animée, à l’hôtel Horizon, sis à Cocody. En revanche, Me Suy-Bi Gooré, qui lui, s’est pourvu en cassation contre la décision d’accusation se présentera par rapport à son contentieux.

Face à la presse nationale et internationale, N’Dri Claver a exposé, arguments à l’appui, la violation flagrante des droits élémentaires de son client dans la procédure. Il a évoqué l’absence de l’accusé dans cette procédure pénale et la violation à l’information de ce dernier sur ce qui lui reproché, plus précisément les actes de la procédure.       « L’inscription de cette affaire sur le rôle du tribunal criminel dans le contexte particulier de notre client, n’est pas sans poser de problèmes en ce qui concernes aux grands principes qui gouvernent la procédure pénale, dans les Etats qui respectueux des droits de leurs citoyens. Devant une telle façon de faire, l’avocat ne peut  pas se taire. Notre silence aurait été un manquement à notre devoir de défense. Nous donc décidé dénoncer cet irrespect de la conduite du procès concernant M. Charles Blé Goudé », a dit d’entré de jeu l’avocat.

Il a invoqué la violation de la disposition de la Constitution prescrivant un procès équitable pour tous les citoyens. « Premièrement, le fait de juger M. Charles Blé Goudé alors qu’il est à la Cour pénale internationale du fait des autorités ivoiriennes, viole l’aliéna 3 de l’article 7 la Constitution de la République de Côte d’Ivoire », dira-t-il. Et de poursuivre, «  Cette disposition dit que tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie à la suite d’un procès équitable lui offrant toutes garanties indispensables à sa défense »

Me N’Dri Claver (à droite) avocat de Charles Blé Goudé lors de sa conférence de presse

Me N’Dri est formel pour dire au regard de ce principe, qu’ « on ne peut condamner quelqu’un sans respect du caractère équitable se son procès. Ce qui sous-entend qu’il faut offrir à cette personne toutes les garanties indispensables à sa défense. Par garantie indispensable à sa défense, l’on entend au moins, le droit pour une personne poursuivie d’être présente à son procès. C’est un minimum…Le mépris d’un tel droit dans les Etats qui se respectent entraîne tout de suite la nullité de la procédure » dira-t-il.

Le conseil principal de Blé Goudé dans le dossier ivoirien a souligné qu’en matière pénale, l’avocat ne représente pas son client mais il l’assiste. « L’accusé est d’abord présent, puis son avocat l’assiste.  La comparution personnelle de l’accusé est une condition essentielle de la procédure pénale en ce sens qu’elle participe à la manifestation de la vérité, à la bonne administration de la justice et à l’exercice des droits de l’accusé… Il est capital que ce dernier prenne part à l’audience pour être entendu », fera-t-il savoir.

Sur les accusations, les conférenciers ont dit ne pas savoir grandes choses. Les Maîtres N’Dri et Dohora ont dit avoir appris que les infractions ont avaient été requalifiées et que Charles Blé Goudé serait poursuivi pour désormais pour viol, crime de guerre.

César Ebrokié