12 août 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
ÉCONOMIE

Blanchiment de capitaux et secteur de l’immobilier: Les professionnels se mettent à niveau

Ecouter cet article

Mettre en place un comité de conformité (qui va être en contact permanent avec la Cellule nationale de traitement des informations financières: Centif), détecter les opérations à risques, la capacité d’élaboration d’une cartographie, etc. Ce sont quelques acquis au terme de l’atelier de formation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC-FT) initié par le ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme. L’atelier a eu lieu, le 02 juin 2022, au jardin de la Sitarail, à Abidjan-Plateau.

Le directeur de cabinet, Diabaté Kaladji, représentant le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Koné Bruno, a annoncé qu’il s’agit de s’assurer définitivement que les acteurs du secteur de l’immobilier ont bien intégré la nature des obligations mises à leur charge telles qu’elles découlent des textes réglementaires en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement des capitaux. Ce, parce que le secteur de l’immobilier a été identifié, au cours des différentes évaluations faites, comme l’un des secteurs les plus exposés au blanchiment de capitaux, avec un niveau de vulnérabilité qui s’élève à 0,95 sur une échelle de 0 à 1. C’est en cela que Diabaté Kaladji a dit espérer que l’atelier contribue à la mise en œuvre efficace des actions prioritaires de la Stratégie nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux. Il n’a pas manqué de rappeler les initiatives entreprises par l’Etat ivoirien dans ladite lutte.

Mme Boé Yolande, chef du service juridique du Comité de coordination des politiques nationales de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive, a révélé que la phase de répression aura bientôt lieu après la sensibilisation.

Il y a 9 obligations dans le secteur de l’immobilier. Il s’agit, entre autres, de l’obligation d’évaluation des risques et de leur identification, de la vigilance relative à la clientèle, de conservation des documents et de contrôle interne. La loi n° 2016-992 du 14 novembre 2016, relative à la LBC-FT a été adoptée dans le cadre de la sécurisation du système financier ivoirien. La Stratégie nationale a été adoptée le 7 juillet 2021, dans le but de contenir les risques identifiés.

Gomon Edmond