26 septembre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
SOCIÉTÉ

Atelier sur les Droits en santé sexuelle et reproductives: L’avortement au cœur des débats

« La problématique de l’accès aux soins complets d’avortement en Côte d’Ivoire ». Ce thème était au cœur d’un atelier initié par le Conseil national des Droits de l’Homme (CNDH) en collaboration avec l’ong Engenderhealth, le jeudi 29 août, au siège de la fondation sise, à Cocody.

Il s’agissait de « contribuer au renforcement de l’effectivité des populations en matière de santé et plus particulièrement pour ce qui concerne les droits en santé sexuelle et de la reproduction ». De manière précise, cette initiative se voulait une aubaine pour sensibiliser les uns et les autres sur les droits en santé sexuelle et reproductives (DSSR) y compris les soins complets d’avortement, en Côte d’Ivoire. En outre, il fallait renforcer les compréhensions sur la sexualité, les droits sexuels, et la relation entre le genre et la sexualité.

Dans son intervention, Namizata Sangaré, présidente du Conseil national des droits de l’Homme a soutenu que l’avortement est un sujet qui touche les droits de l’Homme. Car se rapporte à la vie. Elle a relevé cependant que ce sujet demeure une question taboue dans les familles. D’où la nécessité de l’aborder avec le sérieux qui convienne.

Mme Sangaré a souligné que la Côte d’Ivoire a décidé de faire du repositionnement de la planification familiale l’une de ses stratégies de lutte contre la mortalité maternelle.

Cette volonté politique s’est fortement traduite par son adhésion aux mécanismes sous-régionaux et internationaux à savoir le Partenariat de Ouagadougou (2011), Family Planning 2020 (2012) et le Protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme, dit Protocole de Maputo.

 

César Ebrokié