1 octobre 2022
Abidjan Cocody Palmeraie 06 BP 2868 Abj 06
POLITIQUE

3ème mandat d’Alassane Ouattara: Guikahué appelle les Ivoiriens à une mobilisation exceptionnelle le 10 octobre prochain.

 

Le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué a appelé, le week-end dernier, les Ivoiriens à envahir le Plateau, le samedi 10 octobre prochain, au meeting des forces de l’opposition pour dire non au 3ème mandat d’Alassane Ouattara. C’était, le samedi 3 octobre, lors d’une rencontre avec les délégués départementaux, les secrétaires de section et les présidents de comité de base du PDCI-RDA à Abidjan. Il a expliqué que le nombre de personnes attendues va largement au delà des 50000 places disponibles dans les gradins.  » Nous allons disposer 100.000 chaises sur la pelouse de sorte qu’il n’y ait aucun millimètre de Verdure. « , dira-t-il avant de poursuivre : » il faut au moins 150.000 personnes ». Le secrétaire exécutif a souligné que ce rendez-vous est défi pour l’ensemble des Ivoiriens. En ce sens que c’est une tribune pour dire non à la dictature et opter définitivement pour la démocratie. » Pour ceux qui sont à Adjamé, Treichville, Attecoubé n’entendez pas qu’on vienne vous transporter, marchez pour rallier le stade Félix Houphouet Boigny. Car personne ne doit rester â la maison. ». Il a soutenu que le combat contre le 3ème mandat est une cause qui a doit constituer un ferment de mobilisation historique des Ivoiriens.

Maurice Kakou a interpellé les responsables des structures PDCI-RDA d’Abidjan sur les attentes de la direction du parti. Il a indiqué à cet égard que leur engagement est la clé voûte du succès de la mobilisation du 10 octobre. Et delà, la mise en œuvre du mot d’ordre de désobéissance civile, lancé par le président Bédié.

Raoul Aby, maire de Marocry responsable de la mobilisation au PDCI a abondé dans le même sens en demandant aux Ivoiriens de vaincre la peur  » Il faut vaincre la peur car le pays est en péril. ».

Le secrétaire exécutif du PDCI a rappelé les exigences de l’opposition qui se résument en la réforme des structures en charge de l’organisation des élections, l’audit de la liste électorale et le retrait de la candidature d’Alassane Ouattara.

              César Ebrokié